13 juin 2013

Non, je ne vais pas à Vinexpo!

C'est fou le nombre d'invitations que je reçois pour des dégustations ou des animations organisées sur Vinexpo.

Plus alléchantes les unes que les autres; des petites appellations dont on entend presque jamais parler se mettent à exister. Des producteurs aphones toute le reste de l'année font le buzz pour un jour - il paraît qu'on a tous notre quart d'heure de gloire. Moi je l'attends toujours.

Bref, c'est ze place to be.

Dommage, je n'y vais pas. Je vous explique.

D'abord, la période est délicate: mes enfants passent des examens, alors je fais le taxi.

Tous les deux ans c'est pareil, je me dis que Vinexpo va changer ses dates pour moi, et puis non, c'est toujours à la mi juin.

En outre, j'ai déjà donné. Plusieurs fois. Pour Prowein aussi. L'essai n'a guère été concluant.

Unknown-1.jpeg

Pour des acheteurs qui veulent renouer un contact avec leurs fournisseurs, ou en trouver de nouveaux, ça doit être intéressant; mais le journaliste, lui, est non seulement perdu au milieu de tous ces stands, mais pour peu qu'il en trouve un à son goût, celui ci est souvent pris d'assaut, le producteur n'a pas toujours le temps, on déguste en coup de vent, c'est de l'abattage.

"Un monde d'opportunités", qu'ils disaient. Moi je dis, qui trop embrasse, mal étreint.

Bien des oenophiles aimeraient assister à ces grand' messes du vin; ne pensez pas que je suis blasé mais moi, elles ne m'attirent plus guère.

En matière de salon, je préfère les salons à thème, comme celui des Vins de Loire ou Vinisud (auxquels je ne vais pas systématiquement). Et puis surtout, je préfère visiter les vignerons. L'émotion de la rencontre. Sinon, autant recopier les contre-étiquettes et les fiches d'analyse.

Voila pourquoi votre fille est muette - euh, je veux dire, voila pourquoi vous ne me verrez pas à Vinexpo. Ca ne veut  donc pas dire que je suis mort ou en taule.

Et à tous ceux qui y seront: bonnes dégustations!

09:41 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France, Vins de tous pays | Tags : vinexpo, salon, vin | Lien permanent | Commentaires (5) | | | |

09 février 2011

International, Vinexpo?

International, Vinexpo? Ce n'est pas l'image qu'en ont certains pays du Nouveau Monde, qui préfèrent Pro Wein ou la London Wine Fair pour établir une tête de pont dans la vieille Europe.

C'est qu'au contraire des marchés allemands et britanniques, la France reste un pays protectionniste, en matière de vins. A tort ou à raison, les Australiens, les Californiens, les Sud Africains et consorts ont donc parfois l'impression que les visiteurs ne viennent pas pour eux. L'impression de jouer les faire-valoir. Ou pire, de venir se jeter dans la gueule du loup bordelais. Et quelques mésaventures récentes ou moins récentes (climatisation déficiente, dédouanement très délicat, fonctionnaires très zélés...) les ont confirmés dans leurs réticences.

Pas sûr que le nouveau conseil de surveillance de Vinexpo, désigné en décembre, les rassure: à l'exception d'un représentant de Miguel Torres (dont le prénom sera sans doute dévoilé quand Miguel Torres aura désigné son successeur), et de Constance Savage (Kobrand, le propriétaire américain de Louis Jadot), il s'agit tous de Français.

A savoir: Alexandra Marnier-Lapostolle (Marnier-Lapostolle), Pierre Lurton (Château Cheval Blanc et Château d’Yquem), Jérôme Philipon (Champagne Bollinger), Xavier de Eizaguirre (Président du Conseil), Cécile Bassot (ex-SIAL, aujourd'hui Sopexa), Pierre Castel (Castel Frères), Jean-Marie Chadronnier (CVBG), Christian Delpeuch (Groupe Taillan), Pierre-Henry Gagey (Maison Louis Jadot), Dominique Hériard-Dubreuil (Rémy Cointreau), Louis-Fabrice Latour (Maison Louis Latour) et Denis Mollat (CCIB).

Deux étrangers sur 14... vous avez dit "international"?