01 juillet 2014

Les vins de Crimée interdits en Europe

L'information est passée un peu inaperçue entre deux matches du Mondial, mais au moment où l'équipe de Russie se faisait éliminer de la compétition, l'Union Européenne décidait un embargo sur les produits en provenance de Crimée et de Sébastopol. Pas les produits du reste de la Russie, non, juste ceux de la péninsule annexée par le pays de Vladimir Poutine.

crimée,russie,embargo,géopolitique,golan,politique et vin

Histoire pour l'Union de montrer son mécontentement.

Parmi les premiers produits touchés, il y a le vin, le fameux Krimskoïé vino.

Moi, la géopolitique me saoule. Voire Mossoul. 

Je me demande d'abord pourquoi c'est la région annexée qui est frappée, et non l'annexeur; en 1938-39, aurions-nous décrété un embargo sur les Sudètes ou sur Dantzig?

Par ailleurs, je me demande quelle est la portée de cette mesure. 

Avez-vous déjà vu du mousseux de Crimée sur les étagères de vos supermarhés? Au restaurant? Chez votre caviste?

Moi, jamais. Ni en France, ni en Belgique, ni au Luxembourg, ni en Espagne, ni en Italie. Ni au Portugal.

La décision européenne ne risque donc guère de changer mes habitudes ni celles de mes fournisseurs.

Par ailleurs, bon nombre des produits produits en Crimée sous le régime ukrainien n'auraient déjà pas pu entrer dans l'Europe, compte tenu du fait qu'ils en usurpent les AOP ("Cagor" pour Cahors, Champagnskoïé pour Champagne, Port pour Porto, ou encore Madeira, Cognac, "Tokaï", etc...)

En outre, puisque le reste de la Russie n'est pas touché par l'embargo, qu'est-ce qui empêche les producteurs de le contourner en embouteillant leur vin de l'autre côté de la mer Noire, ou bien, beaucoup plus facile, en changeant les étiquettes? Avons-nous des observateurs européens en Crimée? Allons-nous analyser les flux de marchandises? 

Et puis, pourquoi ne viser que la Crimée? Quid de la Transnistrie moldave, par exemple?

Et puis il n'y a pas que la Russie. Pourquoi peut-on toujours importer en Europe des produits du Golan occupé?

S'est-on aussi jamais posé la question pour les produits du Tibet? Ceux du Cachemire? Ceux de Chypre Nord? 

00:13 Écrit par Hervé Lalau dans Europe | Tags : crimée, russie, embargo, géopolitique, golan, politique et vin | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

17 août 2010

Le Champagne de la Baltique n'était pas du Veuve Clicquot

Le Champagne de la  Baltique n'était pas du Veuve Clicquot

Non, les bouteilles de Champagne repêchées dans la Baltique le mois dernier n'étaient pas du Veuve Clicquot!
Il y avait bien une ancre sur la bouteille (de type Maubeuge, utilisée au 18ème et 19ème siècles), mais c'était celle d'une petite maison de Châlons, Juglar, qui a fermé ses portes au 19ème siècle, et qui utilisait aussi cette identification.
Le nom de Juglar étant estampillé sur ma bouteille, il n'y a donc aucun doute. Et c'est Veuve Clicquot qui le précise, ayant examiné les bouteilles découvertes. La Maison n'en avait  d'ailleurs jamais officiellement revendiqué la paternité.

Quoi qu'il en soit, ce lot paraît bien le plus vieux jamais retrouvé à ce jour, et cela confirme que dès la fin du 18ème siècle, un courant d'affaires existait entre la Champagne et la mer baltique, soit à destination des villes commerçantes des pays Baltes, soit à destination de la Russie.

Un long voyage soumis aux aléas du vent et de la mer, et qui s'est terminé au large des îles Aland, région autonome de Finlande.

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans Champagne, France | Tags : vin, vignoble, champagne, histoire, baltique, russie, veuve clicquot | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |