24 juillet 2013

Un beau Côte Rôtie, ça se mérite!

Dans la liste des Côte Rôtie dégustés chez In Vino Veritas au début du mois, il y en a un que j'ai ramené chez moi.

Parce que je l'avais aimé en bouche, certes, mais que son nez, plutôt qu'un cap, que dis-je, une péninsule... m'avait paru plutôt discret.

En la matière, de deux choses l'une, ça passe ou ça casse. Ou bien le vin se révèle après quelques moments d'aération, ou bien il s'applatit.

Si je vous en parle, vous vous doutez bien que c'est parce qu'il fait partie de la première catégorie.

Mais je ne vous l'ai pas encore officiellement présenté, comme disent nos amis british.

IMG_2652.jpg

Il s'agit du 2010 de Jean Michel Gerin, Cuvée "La Viallière". Un lieu de dit d'1,75ha replanté en 2003, dont ce 2010 est le deuxième millésime commercialisé.

Côté côte, si va me passez l'expression, Gerin est servi - entre 40 et 60%. C'est bien pour l'ensoleillement et la maturité des syrahs. C'est moins bien pour les travaux à la vigne.

Mais revenons à la dégustation. Une fois chez moi, le vin s'était bien ouvert - cerise mûre, groseille, gariguette, une petite note fumée aussi qui fait la jonction avec la bouche. Celle-ci est ample, épicée. Le bois est présent, mais pas proéminent - il s'agit de bois neuf, mais de demi-muids, dont on sait d'expérience qu'ils marquent un peu moins le vin que les petites barriques. L'ensemble séduit par son fruité, et par un côté aérien.

Pour les pros: vendange égrappée, 4 semaines de macération.

Pour les autres: grand vin de plaisir (une fois bien aéré).

00:42 Écrit par Hervé Lalau dans France, Rhône | Tags : côte rôtie, rhône, gerin | Lien permanent | Commentaires (4) | | | |

25 mai 2013

Avoir un bon copain... et quelques bons Côtes du Rhône

"Avoir un bon copain, voila c'qui y a d'meilleur au monde..."

Oui, surtout quand c'est un collègue de travail et qu'il vous apporte les bouteilles que vous n'avez pas pu déguster hier...

Le copain en question, c'est Marc Vanhellemont. Si vous êtes un habitué de ce blog, vous l'aviez sans doute reconnu.

Mardi, il animait une présentation de crus des Côtes du Rhône à laquelle un problème de santé dans la famille ne m'a finalement pas permis d'assister.

Et bien, figurez-vous qu'il m'a ramené une petite sélection à domicile.

Je me suis immédiatement mis au travail. Voici déjà deux de mes favoris.

D'abord, il y a un Tavel - vous savez que j'adore cette appellation, ce dernier des Mohicans du rosé structuré - ou faut-il parler de rouge clair.

Il s'agit des Lauzeraies 2012, un vin produit par la Cave coopérative à quelques 120.000 exemplaires. Comme quoi le volume n''est pas toujours l'ennemi du bon.

1089869x.jpg

Framboise, grenade au nez, belle fraîcheur en bouche, quelques tannins qui se baladent dans le fond, et une finale éclatante - un panier de framboise au cours d'une partie de chasse, car on note ça et là quelques belles notes de gibier et de fumée - la poudre a parlé, la gibecière est pleine, on revient heureux vers le mazet.

Et puis, il y a un représentant d'une jeune dénomination dont je n'avais jamais rien bu jusqu'à présent: un Côtes du Rhône Villages Plan de Dieu. Le domaine s'appelle La Bastide Saint Vincent, la Cuvée Florentin (c'est un 2010). La maison, établie à Violès, propose aussi Gigondas, Vacqueyras et Côtes du Rhône.
Cuir, cassis, nez expressif, bien mûr; bouche gourmande, tannins suaves mais bien présents, pas mal d'épices. Toute  la garriche du Vaucluse qui descend du Ventoux vers Violès, les galets roulés, avec les cigales en prime si je me laisse aller - car ce puissant séducteur vous invite au deuxième verre, puis au troisième... Bref, invitez des amis... (Grenache, Syrah, 14,5°... sur l'étiquette).

Au fait, pour revenir à la chanson - saviez-vous que ce digne exemple de la ritournelle gauloise est en fait traduit de l'Allemand (Ein Freund, Ein Guter Freund). Tiens, si les soldats de la drôle de guerre l'avaient su, ils ne l'auraient peut-être pas chantée si fort!

Heureusement, la chanson ne connaît pas de frontières, pas plus que l'amitié. Merci, Marc!

00:12 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, France, Rhône | Tags : rhone, côtes du rhône, plan de dieu, tavel | Lien permanent | Commentaires (4) | | | |