03 mars 2014

Vinalies, deuxième round

Deuxième matinée de dégustations aux Vinalies, ce dimanche.

Même jury.

Nous démarrons sur des blancs secs.

Je crois discerner un cépage rhénan. Je penche pour la Moselle. 

Pour une fois, j'ai raison: il s'agit de l'Allemagne et du Luxembourg!

Arrive une série de vins doux; je penche toujours pour l'Europe centrale; j'ai en partie raison: il y a un  vin tchèque, quelques allemands, mais aussi des vins de glace du Canada et un vin de cryoextraction du Japon (auquel ma table met une médaille d' or, moi une médaille d'argent).Je suis content d'avoir été plus réservé; je préfère la nature au congélo.

Puis viennent quelques rouges charpentés, tanniques, souvent fatigants que je situe, faute de mieux, dans le Sud-Ouest de la France ou en Amérique du Sud; j'aurais mieux fait de me taire: ils sont tous espagnols! Dont un joli Bierzo, deux Ribera del Duero décevants, usés, usants.

On se remotive pour la session de  demain!

france,vinalies,espagne,moselle

Votre dégustateur s'arrête au rouge

16:21 Écrit par Hervé Lalau dans Allemagne, France, Luxembourg, Vins de tous pays | Tags : france, vinalies, espagne, moselle | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

25 novembre 2010

Moselle: "et pourquoi pas nous?"

Je vous le dis d'emblée: je n'ai rien contre la Moselle française.
D'autant qu'en Belgique, on consomme déjà des vins de Moselle Luxembourgeoise et des vins de "Mosel" allemande. La version française ne nous effraie donc pas.
On saluera au passage le fair play de nos voisins, qui ne bronchent pas devant l'utilisation par la France du nom Moselle pour une AOC. Dans le même temps, rappelons que l'Alsace interdit aux vins allemands d'utiliser la mention "vendanges tardives" sur le territoire français, et que la Champagne interdit au village viticole suisse de Champagne d'utiliser son propre nom pour ses vins.

Tout de même, quand j'ai lu que le vins de Moselle française venaient d'obtenir de l'INAO le classement en AOC, j'ai eu un petit choc.

Bien sûr, ce ne sont pas les 18 communes et les 26 vignerons de plus ou de moins qui feront la différence dans l'océan de la production française de vins d'AOC; et il y aura certainement du bon, voire du typé parmi les nouveaux promus.
Non, c'est juste que je crois que l'on prend le problème à l'envers.
La France aura bientôt plus de vins en AOC qu'en dehors. Un peu comme l'armée mexicaine, naguère, avait autant de généraux que de soldats. Bref, l'exception sera devenu la norme. A mon sens, pour redonner un quelconque intérêt à une mention comme l'AOC, il faudrait plutôt la restreindre aux zones réellement prestigieuses, et à l'intérieur de chaque AOC, aux terroirs vraiment méritants, et non la dévaluer encore en l'attribuant à de nouvelles régions.
Je m'interroge aussi sur la miraculeuse renaissance de cette zone viticole résolument septentrionale, qui ne comptait plus guère qu'une dizaine d'hectares en 1980. A l'heure où les droits de plantations font tellement débat, voila qui étonne. Je vous ai dit ma réticence à voir l'Etat ou les interprofessions tout réglementer en la matière. De là à accorder l'AOC à un secteur où la vigne n'était plus qu'un souvenir il y a 30 ans, il y a une marge.
Dans le contexte concurrentiel actuel, il faudra aux Moselle français plus qu'une mention légale pour se trouver une place au soleil. Ah oui, le soleil: 1636 petites heures par an, dans la région. Mais ça progresse doucement. Si, comme nous le prédisent les spécialistes du réchauffement climatiques, la Belgique est appellée à devenir une nouvelle Bourgogne, la Lorraine sera peut-être un nouveau Beaujolais, voire un nouveau Crozes-Hermitage?
Je souhaite aux Mosellans lorrains plus de succès que leurs confrères des Côtes de Toul, auxquelles l'AOC n'a guère profitée commercialement. Ils ne manquent pas d'ambition, en tout cas: ils appètent déjà à une dénomination particulière pour leurs effervescents - l'exemple alsacien fait des émules.
Tout ça répond à une seule question: "et pourquoi pas nous"?

 


00:05 Écrit par Hervé Lalau dans France | Tags : vin, vignoble, lorraine, moselle | Lien permanent | Commentaires (6) | | | |