28 janvier 2013

Quand Cora brade Roche Mazet

Dans son dernier catalogue, Cora (France) a lancé une grosse campagne de communication prix sur les vins et les alcools.

Ainsi, pour le client qui souhaiterait acquérir 18 bouteilles de Roche Mazet, le prix descent à 1,67 € la bouteille. 

cora,gd,grande distribution,roc mazet

Inutile de vous dire que de telles promos me révulsent - d'une part, je suis contre l'abus de vin ou d'alcool, je préconise une consommation raisonnée; proposer un rabais pour l'achat de 18 bouteilles d'un coup (soit à peu près un tiers de la conosmmation annuelle de vin d'un consommateur français) ne va pas du tout dans ce sens.

D'autre part, de si petits prix sont indécents. Soit il s'agit de revente à perte, soit il s'agit de pressurage du fournisseur - et ne me dites pas que le volume explique tout: si le producteur perd de l'argent sur une bouteille, il en perd encore plus sur 18.

En outre, de telles opérations ravalent le vin au rang de "commodité", de simple boisson. Ce n'est pas la cause que je veux défendre.

Je sais bien que je me bats contre des moulins, mais peu me chaut, mon leitmotiv est inchangé: "consommons moins, consommons mieux. Produisons moins, produisons meilleur".

09:35 Écrit par Hervé Lalau dans France, Languedoc | Tags : cora, gd, grande distribution, roc mazet | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

20 janvier 2013

Le vin, produit noble, en grande distribution

Quand j'en parle avec eux, les acheteurs de la grande distribution (dont certains sont de vrais amoureux du jus de la treille) jurent leurs grands dieux que le vin, produit noble, bénéficie chez eux d'un traitement tout particulier.
On jugera de la crédibilité de ce discours en examinant les deux photos ci-dessous. C'est tout frais d'hier...

photo.JPG

Allez, m'sieurs dames, on déstocke!

photo copie.JPG

Glicine de Corvo à 4 euros, le pied... je vous mets une botte de carottes en plus?

 

Empiler des fins de stocks dans des cagettes à légumes, en effet, voilà bien un traitement particulier.
Le pire, c'est que cette présentation attirera bien quelques chalands, persuader de faire la bonne affaire.

-Et l'image?

-Quoi, l'image? On déstocke, oui ou non?

Notez que les acheteurs n'y sont sans doute pour rien, le déstockage se décidant le plus souvent au niveau des magasins.

11:25 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, France, Italie, Vins de tous pays | Tags : déstockage, grande distribution, vin | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |