07 octobre 2014

Le Champagne dans la Révolution américaine

Que diriez-vous d'un peu de culture et d'histoire, aujourd'hui?

La Révolution américaine s’est faite au son du canon... et des bouchons de Champagne!

La France étant l’alliée principale des Insurgents, ses vins, d’abord assez rares à cause du blocus militaire anglais, deviennent plus accessibles et servent à fêter les victoires. Le contingent français de Lafayette en apporte sans doute sans ses malles.

George Washington en consommait assez régulièrement au Mount Vernon; son ami Robert Hunter note même que l’homme d’État américain, d’habitude très réservé, devenait beaucoup plus  disert et plus drôle après quelques verres de Champagne. 

 

1280px-Washington_and_Lafayette_at_Mount_Vernon,_1784_by_Rossiter_and_Mignot,_1859.jpg

Lafayette et Washington au Mont Vernon

Quant à Thomas Jefferson, il avait débuté sa carrière comme courtier en vin et appréciait le Champagne, qu'il classait au premier rang des vins de France avec l'Hermitage. 

Son contemporain, Benjamin Franklin, n’était pas en reste – il en parle même assez abondamment dans son fameux livre de recettes ("Benjamin Franklin’s Book of Recipes").

Une recette, en particulier, fera date dans l’histoire, celle du Champagne Punch. Celle-ci met en œuvre «deux magnums de Champagne, une bouteille de Porto, un citron, une orange, des clous de girofle et une tarte aux pomme. Bien mélanger le tout et servir dans un grand saladier à punch». 

Chiche!

Bref, Barack Obama peut bien arroser ses fêtes au Californian Champagne (sic), ses prédécesseurs, eux, ont bien mérité de de la Champagne.

00:53 Écrit par Hervé Lalau dans Champagne, Etats-Unis, France, Gastronomie | Tags : champagne, états-unis | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

06 septembre 2011

Gary Vaynerchuk arrête son blog video quotidien... et moi, et moi ,et moi...

Si vous ne le connaissiez pas, vous allez apprendre en même temps son existence et son départ. Lui, c'est Gary Vaynerchuk. "Ze" wine-blogger américain. celui par qui les vidéos de dégus de vin ont explosé sur la toile américaine.

Mais après plus de trois ans d'efforts quotidiens, voilà qu'il part explorer d'autres voies, d'autres médias. Sans doute plus rentables. Il sera ainsi un des invités du prochain Wine Future, au côté de Robert Parker.

Manque de rentabilité? C'est un constat que je fais aussi (même si, vous l'avez constaté, je suis plus porté sur l'écrit que sur la vidéo). Ce blog prend du temps et ne rapporte rien. Sauf le plaisir de pouvoir s'épancher, de débonder en  toute liberté. Ce qui n'est pas rien. Et d'interagir avec vous, quand vous voulez bien vous fendre d'un commentaire.

blogs,états-unis,usa,vin

Et moi, et moi, et moi

Tiens, à propos de Chroniques Vineuses, je suis fier de vous annoncer que son audience n'a jamais été si... basse que ce dernier mois.

Comme je n'ai pas l'impression de poster moins ni moins bien (excusez ma modestie), je m'interroge, je m'introspecte pendant trois secondes neuf centièmes. Le temps de décapsuler ma bouteille. Et je bois un bon coup là-dessus. Je laisse d'autres collègues très méritants se tirer la bourre pour les premières places de classements auxquels Bibi n'entrave que couic. A quoi servirait de s'en faire? Je ne sais pas faire plus ni mieux.

Bref, comme disait M. Propre, cela n'entame pas ma bonne humeur.

Merci aux plus fidèles d'entre vous, et quant aux autres, eh bien, on ne peut pas plaire à tout le monde, qualité passe avant qualtité, et bla bla bla.

 

 

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, Etats-Unis, France, Vins de tous pays | Tags : blogs, états-unis, usa, vin | Lien permanent | Commentaires (6) | | | |