18 novembre 2016

Apéro-Comté

La consommation du fromage de Comté se diversifie, elle sort de plus en plus du plateau traditionnel pour se prêter au grignotage et même à l'apéro, comme on a pu le vérifier ce jeudi à la brasserie Classico, à Bruxelles.

Les accords amoureusement concoctés par l'ami Marc Vanhellemont, avec la complicité de l'équipe du Classico, en sont les savoureux témoignages.

Comté.jpeg

J'ai notamment apprécié le mariage du crumble au poire et du Comté 18 mois avec les jolies bulles du Champagne Chassenay d'Arce - sur la noisette et sur le sel.

Mais aussi celui de la noix de Saint Jacques gratinée au Comté et du Beaujolais blanc 2015 de Dominique Piron - le Comté jeune faisant le lien entre le gras de la coquille et l'acidité iodée du vin.

 

Autre belle trouvaille: l'accord entre le rouleau de printemps en iceberg au comté parfumé de sureau, et le nectar de Poire William de Jean-Louis Bissardon - la fraîcheur et le croquant de texture établissent un jeu subtil avec la suavité du jus.

Enfin, pour les plus aventuriers, je recommande le mariage du Cocktail Gin de la Distillerie de Biercée allongé de tonic méditerranéen de Fever Tree et du chips de Comté à la tomate & basilic - avec autant de goûts, on pouvait craindre la saturation, et bien non, une belle entente se fait autour d'épices improbables, et les papilles ne s'ennuient pas...

Plus d'accords si affinités!

Info: http://www.comte.com/

Pour rappel, le Comté est la 1ère AOP fromagère de France, avec une production de 64.000 tonnes par an. Elle couvre les trois départements du massif jurassien (côté français). 

 

 

10:19 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, France, Fromages, Jura | Tags : comté | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

15 mai 2014

Tout un fromage... le Comté

Saviez-vous qu'il faut plus de 400 litres de lait pour faire une meule de Comté? Soit l'équivalent de la production de 20 vaches - à raison de deux traites par jour.

D'où la nécessité de se regrouper, pour les producteurs de lait. D'où la naissance des fruitières, les premières coopératives de France.

C'est fou ce que c'est compliqué de faire un grand fromage!

800px-Comtois_et_Montbeliardes_0007.jpg

Les princesses du Comté (photo Arnaud 25)

 

Hier, à Bruxelles, le Comté, en la jolie personne de Milène Racle, est venu l'expliquer à des enfants. Avec elle, ils ont élaboré leur fromage, à la manière de; bien sûr, ce ne sera pas du Comté, puisqu'il n'est pas fait dans la région. Protectionnisme? Non, Appellation. Cahier des Charges. Pérennisation d'une différence, d'une authenticité. De la nourriture des vaches  à la race utilisée (Montbéliarde et Simmental française), en passant par la dégustation d'agrément (étiquette brune pour le Comté, étiquette verte pour le Comté Extra), le type de cuves de chauffe du lait, la procédure d'affinage, tout est codifié, réglementé. Pas pour embêter le producteur. Pour garantir au consommateur que son Comté ne lui en compte pas.

Vous ne croyez pas aux AOP? Il vous reste les cheddars canadiens, le swiss cheese du Montana, le brie allemand, le camembert danois, le gruyère français...

Mais de grâce, laissez-nous le Comté!

Parce que le goût, comme dit mon fils Olivier, "on peut en faire tout un fromage".

09:23 Écrit par Hervé Lalau dans France, Fromages, Gastronomie, Jura | Tags : comté, jura, fromage | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |