12 juin 2014

J'ai connu une Polonaise… (la citation complète)

Dans ma courte citation de ce mardi, les aficionados auront bien sûr reconnu la patte d'Audiard et des Tontons Flingueurs. Pour les autres, voici la scène complète.

- Tiens vous avez sorti le vitriol!

- Pourquoi vous dites ça?

- Ca a l'air honnête!

- Sans être franchement malhonnête, au premier abord, comme ça il a l'air assez curieux...

- Y date du Mexicain, du temps des grandes heures, seulement on a du arrêter la fabrication, y a des clients qui devenaient aveugles, alors ça faisait des histoires !

- Faut reconnaître, c'est du brutal!

- Vous avez raison, c'est du curieux!

- J'ai connu une Polonaise qu'en prenait au petit déjeuner. Faut quand même admettre, c'est plutôt une boisson d'homme!

- Tu sais pas ce qu'il me rappelle, cette espèce de drôlerie qu'on buvait dans une petite tôle de Biên Hoa pas très loin de Saigon, les volets rouges... et la taulière, une blonde comme ça; comment qu'elle s'appelait déjà?

- Lulu la Nantaise!

- T'as connu ?

- J'y trouve un goût de pomme...

- Y en a!

- Et c'est devant chez elle que Lucien le Cheval s'est fait dessouder...

- Et par qui?

- Bah v'la que j'ai plus ma tête!

- Par Teddy de Montréal, un fondu qui travaillait qu'à la dynamite.

- Toute une époque...!"

On dit que les acteurs n'avaient pas bu que de l'eau. Je m'étonne qu'on vende encore le film sans avertissement de santé.

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans France | Tags : tontons flingueurs, cinéma, alcool | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

01 mars 2013

En prélude aux Vinalies 2013 - à propos de la critique

Me voici en piste pour ma semaine parisienne annuelle, aux Vinalies.

Avant d'entamer les débats, j'aimerais revenir sur ma conception de la critique vineuse. Ou plutôt, sur ce ce qu'elle ne doit pas être, à mon humble avis.

Mercredi, sur le blog des 5 du Vin, je me suis aventuré à critiquer un critique. Non, LE critique de vin. J'ai nommé Robert Parker.

Ai-je eu raison ou tort? A vous de voir, à vous de jauger les arguments. Mais au delà du cas précis de l'oracle de Monkton, je pose la question: quelles sont les bornes de notre métier?

Peut-on tout dire sur les vins et sur les producteurs? Et sur les critiques eux-mêmes?

D'abord, c'est quoi, une "bonne critique"?

Moebius_reference.jpg

Möbius

Mardi, j'entendais à la télévision belge le critique cinéma Hugues Dayez "allumer" le film Möbius. Je n'ai malheureusement pas noté ses paroles exactes, mais c'était du genre, "Pas indispensable, Dujardin pas crédible pour deux sous dans son rôle d'espion...".

200_200_845163aa1dc880158ee2d3a0ded3a0f1-1296667263.jpg

Hugues Dayez

Le même jour, sur Europe 1, le critique de service (je n'ai pas retenu son nom) disait texto "Möbius est certainement le meilleur film français actuellement sur les écrans, et au moins pour les deux mois à venir".

Alors, qui faut-il croire?

Comment deux personnes, qui sont censées éclairer le public, et non faire passer leur goût pour des généralités, peuvent-elles diverger à ce point?

Et surtout, avec si peu d'arguments (car chaque chronique ne durait pas plus de 15 secondes)...

Pour élargir le panel, je constate que pour ce même film, Télérama donne 2 étoiles sur 4, Le Monde 3 sur 4, Libération 1 sur 4, Le Parisien 4 sur 4, les Cahiers du Cinéma 1 sur 4, Première 3 sur 4, Ecran Large 4 sur 4...

Difficile après ça de se faire une idée... sans aller voir le film.

Quand même, vu que la plupart du temps, les films qui plaisent à Dayez m'emmerdent copieusement, et qu'à l'inverse, j'ai bien rigolé en voyant Rien à Déclarer, qu'il avait vivement déconseillé, je serais bien tenté d'en faire une sorte de baromètre inversé de mes envies.

Mais il est vrai que je suis assez bon public, et surtout, que qaund je vais au cinéma (assez rarement, car je n'aime pas le bruit du pop corn ni les gens qui parlent pendant le film), j'y vais d'abord pour m'amuser, me distraire, passer un bon moment.

Or Dayez semble attendre autre chose du cinéma, un forme d'art, que, certes, je ne rejette pas en bloc, mais dont je rejette par contre l'hermétisme, les côté "réservé aux initiés".

Dans le vin, c'est la même chose. Les vignerons sont parfois des arstistes, dans le genre, ou au moins de bons artisans. Leurs vins sont parfois de véritables oeuvres d'art. Mais j'aime comprendre, et j'aime me faire plaisir. L'art pour l'art, la provoc, la démarche qui prend le pas sur le goût du vin, très peu pour moi.

Il est rare que je "descende" un vin. Pas le temps, pas l'envie, pas dans mon caractère. Mais quand je le fais, j'essaie d'argumenter, d'étayer, de dire le pourquoi et le comment. D'informer.

Il ne suffit pas de dire "j'aime pas". Ça, ce n'est pas du journalisme, c'est du parti pris.

Et vous, qu'en pensez-vous? Faut-il prendre une critique au pied de la lettre? Ou plutôt y voir une source d'inspiration.

Quant à moi, j'aimerais que mes critiques vous donnent d'abord l'envie de mettre votre nez dans le verre, d'aller plus loin, par vous-mêmes, et de mettre vos propres mots sur le vin.

 

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, France | Tags : belgique, dayez, critique, vin, cinéma | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |