24 décembre 2012

Quel est le féminin de "Gourou" en mandarin?

Vous connaissez Debra Meiburg? Moi non plus. Pourtant, je devrais. C'est une des "Most Powerful Women In Wine" selon le magazine Drinks Business.

La traduction littérale serait "une des femmes plus  puissantes du vin"; je proposerai plutôt "une des femmes les plus influentes du vin".

La dame écrit des livres, anime des émissions sur le vin à Hong Kong - à ce titre, elle aurait beaucoup fait pour développer l'intérêt des consommateurs asiatiques pour le vin. Qui s'en plaindra?

Je ne vois pas trop ce qu'apportent de telles listes, établies selon le sexe de la personne. D'autant qu'aujourd'hui, certains pays proposent des fiches d'immigration avec trois propositions: homme, femme ou sans opinion.
S'il faut demain faire la liste des "sans opinion les plus puissants" ça va être délicat.
Mais je m'éloigne du sujet.

debra_meiburg_mw.jpg

La photo officielle de Debra Meiburg, MW


Voilà donc une dame que je ne connais ni de nom, ni des lèvres ni des dents, et qui compte parmi les personnalités les plus influentes du vin. Le genre de gens dont une petite chronique sur l'intérêt du petit verdot dans les assemblages bordelais peut faire changer tout l'encépagement entre Pomerol et Pessac. Dont un seul petit papier peut faire décoller les ventes de Picpoul à Bornéo.

C'est aussi cette femme qui doit dire le vrai, faire autorité, orienter la production... Quelle responsabilité!

N'étant ni femme ni puissant, je suis content d'échapper à cette notoriété...

07:00 Écrit par Hervé Lalau dans Chine, Pour rire | Tags : gourou, wine, vin, asie, meiburg | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

13 décembre 2012

Et pendant ce temps là... Parker vend Wine Advocate à des Singapouriens

Je l'ai lu chez Vincent Pousson: le gourou de Monkton croit à ce point au développement des marchés asiatiques qu'il a vendu la majorité des parts dans Wine Advocate à des investisseurs singapouriens... mais pas pour rien. On parle de 15 millions de dollars US. Ou bien a-t-il simplement décidé de se reposer.

Comme Vincent, j'espère que cela sonne le glas de tous les gourous, qu'ils s'appellent Parker ou autrement.

J'ai déjà eu l'occasion ici de vous dire, sans fausse modestie, sans populisme, que je récuse les maîtres à penser, les maîtres à boire...

Mais si sur la notoriété de Parker se greffe demain l'entregent de communicateurs habiles, notamment face à des consommateurs émergents, on ne peut exclure le pire: c'est à dire, que la population des buveurs crédules explose.

Ce qu'à Bacchus ne plaise...

13:35 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, Etats-Unis, Europe, France, Vins de tous pays | Tags : parker, gourou, asie, vin, vignoble, notation, critique | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |