19 avril 2017

Four glasses of Port

Extrait d'une nouvelle de Somerset Maugham, cet ode au Porto, que je ne résiste pas à vous servir dans sa version originale:

"You may look upon a bottle of port in two ways,' he said; 'you may take it as a symbol of a happy life or as a method of thought.... There are four glasses in a bottle. The first glass is full of expectation; you enter life with mingled feelings; you cannot tell whether it will be good or no. The second glass has the full savour of the grape; it is youth with vine-leaves in its hair and the passion of young blood. The third glass is void of emotion; it is grave and calm, like middle age; drink it slowly, you are in full possession of yourself, and it will not come again. The fourth glass has the sadness of death and the bitter sweetness of retrospect.'

 

william-somerset-maugham-foto.jpg

W. S. Maugham, "The Choice of Amyntas" (1899).

00:03 Écrit par Hervé Lalau dans Grande-Bretagne, Portugal | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

09 avril 2017

Millennials

Richard Halstead (Wine Intelligence), s’est intéressé aux modes de consommation des Millennials (les gens nés entre 1981 et 1995), souvent présentés comme «un groupe à part».

Pour cet expert, on a beaucoup exagéré la spécificité de ce groupe par rapport à ceux qui l’ont précédé - la plus grande différence, selon lui, tient d’abord à leur âge, et il estime que leurs mode de consommation se rapprocheront de celui des générations précédentes à mesure qu’ils vieilliront. Quelle que soit la période, les jeunes ont toujours été plus intéressés que la moyenne des gens dans ce qui est nouveau, c’est le cas des Millennials comme ce fut le cas avant eux de la Generation X (ceux nés entre 1961 et 1980).

En ce qui concerne plus spécifiquement le vin, M. Halstead parie sur une tendance lourde: le «boire moins mais meilleur».

Il avertit également les opérateurs sur la nécessité, qu’ils s’adressent à une classe d’âge ou à une autre, de respecter les codes de communication propre à chaque catégorie. Pour lui, il est plus efficace que l’argumentaire soit cohérent par rapport au vin, comme il peut l’être dans d’autres catégories de produits, plutôt qu’il tente de s’en écarter pour séduire telle ou telle classe d’âge.

Ce serait d’autant plus préjudiciable dans le cas des Millennials que ce groupe de consommateurs jeunes est moins initié par rapport au vin, et que les codes traditionnels les rassurent.

20:52 Écrit par Hervé Lalau dans Europe, France, Grande-Bretagne, Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |