18 novembre 2016

Apéro-Comté

La consommation du fromage de Comté se diversifie, elle sort de plus en plus du plateau traditionnel pour se prêter au grignotage et même à l'apéro, comme on a pu le vérifier ce jeudi à la brasserie Classico, à Bruxelles.

Les accords amoureusement concoctés par l'ami Marc Vanhellemont, avec la complicité de l'équipe du Classico, en sont les savoureux témoignages.

Comté.jpeg

J'ai notamment apprécié le mariage du crumble au poire et du Comté 18 mois avec les jolies bulles du Champagne Chassenay d'Arce - sur la noisette et sur le sel.

Mais aussi celui de la noix de Saint Jacques gratinée au Comté et du Beaujolais blanc 2015 de Dominique Piron - le Comté jeune faisant le lien entre le gras de la coquille et l'acidité iodée du vin.

 

Autre belle trouvaille: l'accord entre le rouleau de printemps en iceberg au comté parfumé de sureau, et le nectar de Poire William de Jean-Louis Bissardon - la fraîcheur et le croquant de texture établissent un jeu subtil avec la suavité du jus.

Enfin, pour les plus aventuriers, je recommande le mariage du Cocktail Gin de la Distillerie de Biercée allongé de tonic méditerranéen de Fever Tree et du chips de Comté à la tomate & basilic - avec autant de goûts, on pouvait craindre la saturation, et bien non, une belle entente se fait autour d'épices improbables, et les papilles ne s'ennuient pas...

Plus d'accords si affinités!

Info: http://www.comte.com/

Pour rappel, le Comté est la 1ère AOP fromagère de France, avec une production de 64.000 tonnes par an. Elle couvre les trois départements du massif jurassien (côté français). 

 

 

10:19 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, France, Fromages, Jura | Tags : comté | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

18 septembre 2016

Le Grand Larousse du Vin, édition 2016

Comment être objectif à propos d’un ouvrage auquel on a collaboré, ainsi que plusieurs très bons camarades (David Cobbold,  Marc Vanhellemont, des 5 du Vin, ainsi que l'excellent Sébastien Durand-Viel)? Je n’essaierai même pas…

Larousse Vin.jpg

Reste que c’est une belle brique (près de 700 pages), une mine d'info, et que pour une fois qu’un ouvrage français (pas une traduction) s’ouvre assez largement aux vins du monde, c’est une initiative à saluer.

J’ai eu d’autant plus de plaisir à participer à cette aventure collective (assez modestement, à dire vrai, juste une vingtaine de pages) que ce fut l’occasion pour moi de rendre hommage à quelques vignerons que j’apprécie. En effet, la seconde partie de l’ouvrage, qui passe en revue les grands vignobles du monde, illustre certains grands terroirs par des pages consacrées à des domaines précis, choisis par les auteurs.

Pour moi, ce furent le Domaine d’Aupilhac, le Mas Jullien, Antoine Arena, Egon Muller, Klein Constantia, Catena Zapata, le Château d’Aquéria, Miguel Torres, Bodegas Lustau, Grange, Quinta do Noval et Antinori.

Une belle brochette, non? Et une belle diversité, aussi.

Mais il y a bien d’autres bonnes raisons de lire ce livre, ou de l’offrir. Le vin, c’est de la culture liquide, qui se boit, et qui se lit aussi.

On dit qu’un homme averti en vaut deux. Un buveur bien informé aussi.