16 mars 2017

Lu chez Vincent Pousson: vin et identités

Vincent Pousson (du Blog Idées liquides & solides), qui habite Barcelone, s'est penché récemment sur l'étonnante désaffection des Espagnols pour le vin - étonnante, quand on sait que l'Espagne est un des trois plus gros producteurs de vin au monde.

Deux phrases, dans son argumentation, m'ont frappé: "Au vin, ici, on préfère la bière, et les sodas ultra-sucrés, au premier rang desquels le Coca-Cola, ce poison dont l'Espagnol est devenu un des premiers addicts européens (sans atteindre heureusement le niveau de contamination des « champions du Monde », les Mexicains). Il est amusant d'ailleurs de noter que dans une nation où les revendications régionalistes vont bon train, où l'on évoque à tout bout de champ son « identité », on se soumette à ce point au rouleau-compresseur, au destructeur de culture qu'est le Coca-Cola…"

Le reste, ICI

00:22 Écrit par Hervé Lalau dans Espagne | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

30 janvier 2017

Alternatives au Châteauneuf, vraiment?

Mes confrères de Decanter consacrent un petit dossier à ce qu'ils qualifient d'"alternatives au Châteauneuf-du-Pape".

Je ne sache pas qu'il faille trouver une alternative à cette noble appellation, qui me semble présenter un excellent rapport qualité prix, même - et surtout - parmi les meilleurs vins.

Chateauneuf alternative.jpeg

Mais surtout, je suis étonné du choix opéré par mes collègues britanniques. Je m'attendais à des Gigondas, des Cairanne, des Vacqueyras, des Lirac, peut-être à des Priorat  - en tout cas, à des vins issus de grenache et typés sud. Et voila qu'ils nous proposent le Vinsobres des Perrin (un terroir plutôt frais, en comparaison), un Montpeyroux plutôt marqué par la Syrah, un Gaillac (élaboré par des Anglais, et qui ne me semble pas avoir grand chose à voir avec le Rhône), une Syrah australienne et enfin, une autre Syrah, sud-africaine, celle là.

Je suppose que si Decanter consacre un jour un dossier aux alternatives à la Côte-Rôtie, il choisira des Grenache!

Plus sérieusement, je trouve dommage que des professionnels s'intéressent à des vins pour ce qu'ils ne sont pas (des Châteauneuf-du-Pape, en l'occurrence) plutôt que pour ce qu'ils sont, pour leurs qualités, leurs différences, dans leur propre contexte.

07:14 Écrit par Hervé Lalau dans Afrique du Sud, Australie, Espagne, France, Rhône | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |