27 mars 2017

Joyeuse, la Veuve Ambal!

Le "sleeve" (manchon) est à la mode, en ce moment, au rayon bulles. C'est qu'il permet des fantaisies de couleurs et de formes difficiles à réaliser avec des étiquettes traditionnelles, des habillages promotionnels ou personnalisés; de plus, la surface couvrante est optimisée.

J'avais déjà remarqué ceux d'Arthur Metz et ceux du Cava Pata Negra, qui jouaient sur le blanc; dans un style résolument plus chamarré, voici la cuvée Expression, de Veuve Ambal, dont le manchon évoque une mosaïque, censée représenter la diversité des terroirs du Crémant de Bourgogne. Le plus intrigant, c'est qu'il n'y en a pas deux pareils - le résultat final dépend du positionnement du film au moment de la mise. 

image001.png

Et le contenu? Il s'agit d'un Blanc de Noirs, à l'image, lui aussi, de la diversité régionale, puisqu'il assemble 80% de pinot noir à 20% de gamay. Sans surprise, le vin est très fruit rouge, mais aussi poivré, et la bouche présente une bonne structure; des tannins, juste ce qu'il faut, et une finale à la fois vive et gourmande.

Veuve Ambal est une maison sérieuse, dont j'ai déjà eu l'occasion de vanter plusieurs des cuvées, ici même.

 

13:26 Écrit par Hervé Lalau dans Bourgogne, France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

10 mars 2017

Le Chardonnay de Laurent Cognard

Nul n’est prophète en son pays : le Chardonnay a beau être le cépage blanc de Bourgogne par excellence, il est relativement rare de trouver son nom en grand sur les étiquettes des vins de la région. Bon nombre de consommateurs ignorent que Chablis, Pouilly-Fuissé, Meursault et Corton, notamment, partagent ce cépage.

Pour son Bourgogne blanc, Laurent Cognard, lui, n’a pas hésité à mettre le Chardonnay en avant ; avec, au passage, un sympathique clin d’oeil à sa majesté féline Raminagrobis.

IMG_1156.jpg

Mais son Cha-rdonnay, n’est pas qu’un jeu de mots, c’est d’abord un beau vin. Laurent, qui élabore de superbes Montagny, n’abandonne rien de son savoir-faire quand il s’attaque à une appellation plus générique.

Ce Bourgogne, dans le millésime 2014, est une véritable gourmandise. Tilleul, camomille, agrumes, le nez est séduisant ; mais c’est la bouche qui m’a totalement conquis : du chat, il a la douceur du pelage, et la vivacité de la griffe – pour lui, on inventerait un mot: la viva-suavité. Ce bel équilibre entre floral, fruité et acidité vous emmène jusqu'au bout de la finale, et appelle au deuxième verre (en toute modération, bien sûr).

laurent@domainecognard.fr

10:48 Écrit par Hervé Lalau dans Bourgogne, France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |