26 avril 2011

Comment le Chili a conquis la Belgique

Avec mon complice Marc Vanhellemont, je pars dimanche au Chili, grâce aux bons offices de l'agence Brandabout, qui oeuvre au développement de la notoriété des caves de ce pays.

C'est ma deuxième visite là-bas (les habitués de ce blog pourront retrouver mes chroniques  de 2009 dans la catégorie... Chili).

Avant de partir, je voulais vous donner quelques chiffres.

Chili.jpg

Le fleuve Maipo, vu de la Viña Maipo - Photo H. Lalau (c)

En Belgique, aujourd'hui, le Chili est passé devant l'Italie en termes de consommation de vin au foyer. Le pays de Neruda représente 8,9% des volumes consommés (et même 11,5% en Flandre), ce qui en fait le deuxième fournisseur de vin des Belges, derrière la France (57%). Pour mémoire, l'Italie est à 8,5% (données GFK, novembre 2009-novembre 2010).

Ce qui est au moins aussi intéressant, c'est l'évolution sur un an: -2% pour la France, -4% pour l'Italie, +2% pour le Chili. A Bruxelles et en Wallonie, où l'on boit surtout de rouge, leur croissance est encore plus marquée: +15%

Le plus interpellant, c'est que le Chili réalise cette performance sur un petit nombre de références, sans appellations ou presque (il n'y a pas 1% des Belges qui puisse citer une appellation chilienne), mais avec des marques très fortes: Casillero del Diablo, Gato Negro, Santa Rita, Carmen, Concha y Toro, Viña Maipo, Errazuriz, Casa Silva... ou sous les marques des distributeurs. En bouteilles bouchonnées, en bouteilles à capsules, ou en BIB. Et avec des cépages français.

La France, à l'abri de son protectionnisme, ne sera pas touchée avant longtemps. Mais qu'un pays aussi francophile que la Belgique ait fait une si belle place au Chili devrait faire réfléchir les producteurs de l'Hexagone.

Pensez à tout le vin que les Français n'ont pas vendu dans les pays où le Chili leur a pris des parts de marché! Et la reconquête sera difficile, car le Chili a maintenant une solide présence en Grande Distribution, une part de rayon bien à lui. On voit même apparaître quelques promos chiliennes massives en têtes de gondoles. Sans compter que d'autres marques chiliennes, plus petites, piaffent à l'idée de rentrer sur le marché. Sinon dans la GD, où le ticket d'entrée est cher, peut-être dans le réseau des spécialistes. Si j'en juge par mes dégustations sur place chez Cono Sur, chez Amayna, chez Tamaya, etc..., ils ont les produits qui conviennent.

Ne nous y trompons pas, l'irrésistible ascension des vins chiliens au Plat Pays n'est pas due au marketing: le Belge est un amateur de vin, et en quantité, et en qualité: il consomme aujourd'hui 32 litres de vins par an (59 en France) et quand on lui demande quelle est sa boisson préférée, ce n'est plus la bière qui arrive en tête, mais le vin, avec 50% des réponses. Autant que les Français.

Le grand atout des vins chiliens, ce n'est ni leur origine (le Chili ne fait pas de gros efforts de promotion en Belgique), ni leur exotisme (le Chili n'est pas un pays touristique, et il n'a pas l'image de l'Australie, par exemple), ni même leur prix - on trouve des vins du Sud de l'Italie à meilleur marché, sans parler de la Bulgarie ou de la Moldavie.

Non, leur atout, c'est leur régularité dans la qualité moyenne. Les vins dits "premium", fruités, souples, de bon aloi. Middle of the road, certes, pour la plupart. Mais sans prise de tête, et avec comme seules garanties (mais de taille) les cépages (français) et les marques.

Au cours de ce voyage, Marc et moi tenterons bien sûr de gratter sous le vernis, de dénicher les vins rares, les vins de grande expression. Il y en a, mais il semble que les Chiliens les gardent pour eux...

00:47 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, Chili | Tags : chili, vin, vignoble, belgique, économie, importations, consommation, 2010 | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

28 février 2011

Boire moins pour dépenser plus

Qui c'est qui est bien content de pouvoir compter sur l'ami Eric pour alimenter sa chronique alors qu'il déguste (dans tous les sens du terme) aux Vinalies de Paris. Moi, bien sûr... Mais je vous laisse avec Eric

 

Au contraire de ce que l'on constate en France, la consommation de vin en Belgique augmente régulièrement. 

En une décennie, elle aurait progressé d'un litre par tête d'habitant. C’est pas des masses un litre, mais à l’arrivée c’est quand même pas loin de dix millions de litres en plus. Ça chiffre l’air de rien. C’est un peu comme l’idée de la consommation en Chine. S’ils buvaient juste un litre en plus chacun, cela permettrait au monde entier de résoudre sa crise de surproduction. Oui, mais voilà les Chinois ne boivent pas vraiment tous du pinard. Loin s’en faut.

D’autre part au niveau des pays dit «traditionnels», la consommation s’effrite largement. La faute aux lois du petit Nico ? Et bien non, pour une fois il n’y est pour rien. Vraiment pour rien, même pas un truc genre que c’est pas tout à fait pas fait exprès, il est vraiment innocent sur ce coup. Même si l’on a supprimé le pinard à l’Elysée pour les conseils des ministres, même si l’on a décidé de baisser les budgets lors des réceptions officielles et autres joyeusetés du genre, ce n’est même pas un populisme de bon aloi qui serait en cause. France, tes cirrhoses foutent le camp ! Les mauvaises langues chuchotent que même dans les commissariats, les fonctionnaires publics boiraient un peu moins, voire presque plus avant de secouer les mauvais sujets.

Mais alors, que se pastis en réalité ? C’est assez simple, le vin change au rythme du monde qui l’entoure. Aux origines, le divin breuvage était réservé à un usage religieux, puis il est devenu produit d’alimentation, complément des repas, des mouvements sociaux, le kil de rouge, le ballon que l’OS s’enfilait avant d’aller turbiner dans l’aube naissante dans les usines de Boulogne Billancourt et d’ailleurs. Ajoutez à cela la guerre de 14 où, pour motiver les Poilus a sortir de leurs tranchées on leur offrait la gnôle en grosse quantité, gnôle qui était du vin distillé, et  vous aurez une idée globale des quantités absorbées par les français pendant plus d’un siècle. Vous pouvez répéter le mouvement dans les différents producteurs du Sud de l’Europe en nuançant la chose en fonction des pays et vous obtiendrez à chaque fois des consommations moyennes par habitant plutôt importantes, voire vertigineuses. Bon, dans tout cela il faut un peu relativiser. C’est que les modes de calculs sont parfois fort différents en fonction des pays.

En Italie, on établit la consommation de vin un peu comme on le fait chez nous pour les comptages de spectateurs devant la télé. Un petit carnet que la famille remplit en fonction des allées et venues des bouteilles. En France, on compte tout simplement tout ce qui se vend dans le pays. Sans tenir compte des plus ou moins quatre vingt millions de touristes qui visitent le pays chaque année. Les bouteilles que vous achetez en noir chez votre « petit » producteur en Champagne, en Bourgogne, en Provence et j’en passe et des meilleures, est comptabilisé sur le foie de nos amis et voisins. Coooooool ! Mais totalement bidon, évidemment. C’est un peu n’importe quoi, surtout lorsqu’il s’agit de communiquer et de dire que boire du vin c’est très mal, car le vin contient de l’alcool et que l’alcool c’est très mal. Pas comme le tabac mais presque. Parce que l’alcool c’est une drogue. Et que la drogue c’est très mal. Pas comme le cannabis, mais presque. Parce que le vin, c ‘est une arme. Pas aussi efficace que les nôtres, mais presque.

Alors, quand on entend régulièrement sur les ondes que boire deux verres de rouge par jour c’est très bon pour la santé, ça la fout mal évidemment. Si boire est bon, mais de manière limitée, deux pour les hommes et un pour les femmes, mais que foutent les Chiennes de Garde ?  En plus, si vous parlez en off avec quelques cardiologues aux idées larges, ils vous diront que ce n’est pas deux qu’il faut mais quatre. Mais on nous dit deux pour que nous n’allions pas plus loin que quatre. Vous suivez ? Oui, mais alors, si le vin est bon pour la santé, pourquoi en buvons nous moins ? C’est qu’il a changé d’état le bougre. D’aliment il est devenu produit de loisir. Il monte un peu en termes de prix, et il baisse en terme de consommation. Pourtant, il semblerait que l’on n’en ait jamais bu autant sur terre depuis les origines. De plus en plus de pays producteurs, de plus en plus de consommateurs, surtout dans un tas de nouveaux pays. C’est comme ça, il faut se faire à l’idée, les français ne seront plus les plus grands consommateurs de vin du monde. Je sais, ça doit être douloureux, surtout pour eux, mais c’est la vie. Sic Transit Gloria Mundi

Eric Boschman

00:29 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, France, Vins de tous pays | Tags : vigne, vignoble, consommation, belgique, france | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |