21 mars 2013

Comment êtes-vous arrivés ici?

Mon hébergeur me donne une liste des "requêtes" les plus fréquentes de votre part, amis lecteurs de ce blog.

En clair, ce que vous tapez, ce que vous "googlisez" pour arriver sur ce blog. Il y a quelques surprises...

Pas pour le premier de la liste, à savoir "Chroniques Vineuses"...

Taper le nom du blog pour aller sur le blog, voila qui est d'une logique imparable et je félicite les 4,48% de visiteurs qui l'utilisent.

Chroniques Vineuses.jpg

Oui, vous êtes à la bonne adresse...

 

Après, par contre, c'est plus confus.

La deuxième requête la plus fréquente est "Christelle Ballestrero".

Il est vrai que j'ai consacré un article, il y a trois ans, à cette animatrice télé qui s'était fendue d'un papier assez insipide sur les méfaits du vin. 2,42% des lecteurs sont venus ici "grâce" à elle.

Vient ensuite "Voutch" - un illustrateur dont j'ai cité l'oeuvre - mais il y a si longtemps que je ne sais même plus quand (2,3% de visiteurs).

Ensuite, vient "Hugues Dayez", dont j'ai cité le nom en référence à la critique cinéma - là, c'est plus récent, mais avouez que ça n'a toujours pas grand rapport avec le thème principal de ce blog.

Enfin, en cinq, vient "Champagne Marquis de Coulmeaux".

J'espère que les gens qui googlisent cette marque n'espèrent pas trouver un joli commentaire sur mon site à son endroit: tout ce que j'en est dit, c'est qu'il s'agissait d'un faux marquis, d'une marque de distributeur.

La morale de cette histoire: tous les chemins mènenet à ce blog. J'esprère seulement qui ce qui ne trouvent pas tout à fait qe qu'il sont venus chercher n'en repartent pas aussi sec, qu'il fouinent un peu, et qu'ils reviennent.

A quoi ça servirait sinon que je me décarcasse...

 

 

00:14 Écrit par Hervé Lalau dans France, Pour rire, Vins de tous pays | Tags : blog, google | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

19 mars 2013

La petite musique du terroir

Sur le site de Jamie Goode, (vous savez, Mr "90% des vins sont de la M..."), voici quelques jours, j'ai lu quelques belles lignes sur la notion de terroir - comme quoi on ne doit jamais réduire un homme à une seule citation.

Jamie  était alors en visite en Nouvelle-Zélande, mais je crois que sa formule s'applique à la plupart des vins.

Le critique anglais utilise une allégorie que je qualifierai de "musicale". Voici ce qu'il écrit: "I see the terroir as being the interpretation of a vineyard site by the winegrower, evident in the wine. It involves decisions about what to plant, how to plant it, and then how to make the resulting wine. Skill is needed if the terroir is to be captured well. Terroir, which can only be manifest in the glass, is the result of a partnership between winegrower and site. It is up to the winegrower to make a skilful and authentic interpretation of the patch of land."

Cette fois, je suis assez d'accord avec lui. Rien ne sort jamais tout seul du sol.

vin, musique

Archangelo Corelli (écoutez ICI)

L'"interprétation", c'est aussi la personnalité du vigneron, sa façon de se présenter au travers du vin, ses attentes, ses espoirs. Il s'efforce de traduire un potentiel, et il tente de faire passer son message sans trop connaître ceux qui vont le recevoir, il y a donc énormément d'aléatoire dans tout ça. Pourquoi certains concerts donnent lieu à des ovations, et d'autres sont des bides complets?

Pourquoi est-ce que je saisis mieux d'emblée Corelli que Boulez? Pourquoi est-ce que je vais plus facilement vers les vins de Franken plutôt que vers ceux de Rheinhessen, vers ceux de Cornas plutôt que vers ceux de Bolgheri? Quelle est la petite musique du terroir qui m'attire ou me repousse tour à tour...

Il y a du mystère dans tout ça, et moi, mélomane et indécrottable romantique que je suis, j'adore...

08:39 Écrit par Hervé Lalau dans France, Nouvelle-Zélande, Vins de tous pays | Tags : vi, musique | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |