14 janvier 2014

Vous avez du vin multi-dimensionnel?

C'est un des mots qui fait fureur dans le petit lexique de l'amateur de vin (notamment anglophone): multi-dimensional.

Son succès, je suppose, est à la mesure du flou de sa définition. Un peu comme la minéralité. Moins c'est précis, et plus c'est facile à employer. Car qui vous contredira? Si on l'osait, vous pourriez toujours dire que vous n'avez pas la même définition du mot.

Qu'est-ce qui peut bien avoir plus qu'une dimension dans un vin? A part la bouteille, au sens physique, je veux dire. Est-ce une façon plus moderne de parler de complexité? Est-ce que ça veut dire que ses arômes ne sont pas seulement primaires, mais secondaires, tertiaires... ou plus encore?

Parle-t-on de la texture? De la structure? 

473px-Leonard_Nimoy_William_Shatner_Star_Trek_1968.JPG

Entrons dans l'espace inter-dimensionnel, M. Spock!

Je ne crois pas avoir jamais employé ce mot de multi-dimensionnel. Multi-couches, peut-être, et encore, pas souvent.

Au fait, certains vins n'ont-ils pas une dimension de trop? Le pourri, le vert, les bretts, le soufré, le vieux bois, par exemple. Autant de replis de la galaxie du vin qu'on préfère ne pas explorer. Trous de verre ou pas.

Bref, je crois que j'en resterai à l'uni-dimensionnel. M. Spock, enclenchez la vitesse lumière!

00:45 Écrit par Hervé Lalau dans Pour rire, Vins de tous pays | Tags : multi-dimensional | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |

09 janvier 2014

"Quelque chose qui se boit"

Je suis membre du Circle of Wine Writers et à ce titre, j'ai reçu hier une triste nouvelle: celle de la mort d'un autre membre, Simon Hoggart. Me doutant que ce nom ne signifie pas grand chose pour la plupart d'entre vous, je n'aurais probablement pas fait un billet à ce propos, si le Chairman du Circle, Stuart Walton, n'avait pas mentionné dans son court hommage un point qui me semble important (je traduis librement):

"Simon était un de ces critiques qui n'oublient jamais que le vin est d'abord quelque chose qui se boit avant d'être un sujet de conversation".

Je ne connaissais pas Simon Hoggart, mais j'aime assez cette définition du vin. Je me dis même que je devrais m'y tenir plus souvent.

13:02 Écrit par Hervé Lalau dans Grande-Bretagne, Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |