16 octobre 2007

Vins & spiritueux à l'horizon 2010

Selon l’OIV, en 2006, la consommation de vin dans le monde a augmenté de 1,4% par rapport à 2005 (contre +0,1% en 2005). Elle s'établit, toujours selon l'OIV, à 240,8 millions d'hectolitres.

France, Italie, Etats-Unis 

En volume, la France reste le premier marché de consommation au monde, avec 32,8 millions d’hectos, soit environ 55 litres par habitant et par an. Elle précède l'Italie (27,3 millions), les Etats-Unis (25,9 millions), qui devraient bientôt se hisser au deuxième rang mondial, l'Allemagne (19,4 millions) et l'Espagne (13,7 millions).


En revanche, pour la production, l'Italie devance la France d'une courte tête (52,036 millions contre 51,700 millions). L'Espagne figure à la troisième place (39,3 millions) devant les Etats-Unis (19,7 millions), l'Argentine (15,4 millions), l'Australie (13,9 millions), l'Afrique du Sud (9,1 millions) et l'Allemagne (8,9 millions). 

 
260 millions de bouteilles en plus par an  
 
Selon une étude réalisée par IWSR pour le compte de Vinexpo, l’écart entre production et consommation va se réduire à l’horizon 2010, la consommation mondiale de vin augmentant de plus de 260 millions de bouteilles tous les ans. Une progression qui profite d’abord aux vins vendus à plus de 7,5 € la bouteille, ainsi que, dans une moindre mesure, à ceux entre 4 € et 7,5 €.  A titre de comparaison, le secteur vin représente deux fois le chiffre d’affaires de la « nouvelle économie » (Google, Yahoo, Microsoft, Ebay…).
 
Toujours selon IWSR, Les Etats-Unis deviendront le premier pays consommateur de vin à l’horizon 2010, devant l’Italie et la France (qui tomberait à 24,8 millions d’hl). Avec un chiffre d’affaires de 19,17 milliards de dollars, les USA étaient déjà le premier marché mondial en valeurs en 2005. Ce chiffre devrait augmenter de 18,7% entre 2005 et 2010, pour atteindre 22,7 milliards de dollars. Parallèlement deux nouveaux pays feront leur entrée parmi des 10 premiers marchés mondiaux du vins : la Chine et la Russie.
 
Spiritueux: l'Asie dope les ventes
 
Les spiritueux ne sont pas en reste, puisque leurs ventes sont en progression de 1,39% par an ; leur consommation mondiale devrait atteindre 2,307 milliards de caisses en 2010. Elle sera dopée par l’Asie (47% de la consommation mondiale, et une croissance attendue de 8% à l’horizon 2010) et par l’Amérique (+6%). La vodka reste le spiritueux le plus consommé au monde mais sa consommation devrait connaître un ralentissement à échéance 2010.

 (c) Hervé Lalau 

15:17 Écrit par Hervé Lalau dans Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

15 octobre 2007

Vins plaisir et vins culture

La consommation de vin s’accroît presque partout dans le monde (la vieille Europe fait figure de parent pauvre, dans ce domaine). Le secteur vin représente déjà deux fois le chiffre d’affaires de la «nouvelle économie» (Google, Yahoo, Microsoft, Ebay...). Et la tendance devrait se poursuivre.
S’agira-t-il du type de vins que nous apprécions le plus ? L’histoire ne le dit pas.

En 2006, selon l’OIV, la consommation de vin dans le monde a augmenté de 1,4%. Elle s'établit à 240,8 millions d'hectolitres. En forte régression jusqu'au milieu des années 1990, elle est donc repartie à la hausse, surtout grâce aux pays du Nouveau Monde, Etats-Unis en tête. Selon une autre étude, réalisée par IWSR pour le compte de Vinexpo, l’écart entre production et consommation va se réduire à l’horizon 2010, la consommation mondiale de vin augmentant de plus de 260 millions de bouteilles tous les ans. Une progression qui profitera d’abord aux vins vendus à plus de 7,5€ la bouteille, ainsi que, dans une moindre mesure, à ceux entre 4 et 7,5€.

Avec un chiffre d’affaires de 19,17 milliards de dollars, les USA étaient déjà le premier marché mondial du vin en 2005. Ce chiffre devrait augmenter de 18,7% entre 2005 et 2010, pour atteindre 22,7 milliards de dollars. Parallèlement deux nouveaux pays feront leur entrée parmi des 10 premiers marchés mondiaux du vins : la Chine et la Russie. La Chine compte actuellement 50 millions de consommateurs de vin, et leur consommation devrait augmenter de 50% d’ici 2010 !

Tout ceci va fortement influer sur les marchés (prix et type de vins produits). Pour IWSR, effervescents et rosés devraient être les vins qui profitent le plus de cette embellie. L’avenir semble plus aux vins «plaisir» qu’aux vins «culture». Personne, ici, ne reniera le plaisir. Mais de quoi parlerons-nous quand la technologie aura pris le pas sur l’authenticité? Comme le dit l’adage, la culture n’est-elle pas ce qui reste quand on a tout oublié ?
 
(c) Hervé Lalau 

19:57 Écrit par Hervé Lalau dans Vins de tous pays | Tags : vin | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |