04 novembre 2007

Des journalistes vineux? Pour quoi faire?

Notre confrère espagnol Vinealis s'est intéressé à l'influence des critiques vineux sur le choix de ses lecteurs internautes.
Ceux-ci sont 35% à estimer que les opinions des critiques déterminent leur choix, et 19% qu'elles l'influencent en partie. Mais 40% disent que les critiques ne les influencent pas du tout. Votre avis nous intéresse...

13:06 Écrit par Hervé Lalau dans Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

29 octobre 2007

Les vins sont-ils trop alcoolisés?

Dans la Revue des Vins de France, Denis Saverot posait naguère une question délicate: les vins d'aujourd'hui ne sont-ils pas trop alcoolisés?
Pour Saverot, la réponse est oui. Après les vins fluets des années productivistes, on a voulu trop bien faire, «et le balancier est allé trop loin».
Au vu des monstres que nous dégustons actuellement, même en provenance de terroirs septentrionaux qui ne nous avaient guère habitués à ce style, on ne lui donnera pas tort.

Et l’on se prendra peut-être, comme lui, à rêver aux Asti, aux Clairette - ou même aux Rheingau et aux Moselle, dans un style plus sec.
Comme journaliste, comme sommelier, comme dégustateur professionnel dépositaire d’une parcelle de responsabilité, il faut savoir rejeter la surabondance (d'arômes, d'alcool, de matière), pour privilégier les vins «buvables» et digestes, ceux avec lesquels le consommateur se fait plaisir tout au long d'un repas. C'est un bien mauvais service à rendre à un producteur que de sélectionner son vin, si c'est pour que les gens qui consomment le vin ne finissent pas la bouteille... et ne rachètent jamais.

20:54 Écrit par Hervé Lalau dans Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |