19 octobre 2007

De nouvelles levures pour limiter les degrés ?

Une conférence débat organisée en mai dernier par le groupe canadien Lallemand, leader mondial des levures, s’est penchée sur le problème de l’augmentation des degrés alcooliques dans les vins (entre 1 et 2 degrés sur les 20 dernières années, à région comparable). Une augmentation que le groupe attribue au réchauffement climatique, et contre laquelle il propose une solution : de nouvelles levures, qui transformeraient les sucres en d’autres composants que l’alcool.
Reste évidemment à s’assurer que ces composants n’altèrent pas le goût ni la qualité du vin, et c’est ce à quoi s’emploient des chercheurs de l’INRA de Montpellier. Parallèlement, des essais portent sur la sélection de bactéries permettant de lutter contre la prolifération de bactéries indésirables occasionnées par l’abaissement du degré moyen d’acidité des vins.
Les solutions du groupe canadien paraissent sans doute un peu trop techno à beaucoup ; mais que faut-il penser de la désalcoolisation, alors ?
Pour diminuer le taux d’alcool naturellement, on peut aussi avancer la vendange (et on l’a déjà fait). Mais l’idée a ses limites, car la maturité phénolique peut alors poser problème. Récolter lorsque les pépins sont trop verts, c’est risquer des tannins amers…
Amis œnologues, votre avis nous intéresse…

08:06 Écrit par Hervé Lalau dans Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Planète gros rouge

Une commission composée de physiciens, de psychologues, d’avocats, d’experts et d’astronautes a enquêté au centre spatial de la NASA et vient de rendre son rapport.
Le rapport avec notre secteur ? Plus grand qu’il n’y paraît : il révèle une consommation d'alcool importante chez les astronautes, y compris dans les 12 heures précédant un vol, alors que la règle interdit toute consommation par les membres d'équipage. Boire ou conduire une navette, il faut choisir.

Mars_atmosphere

 

Le problème, maintenant, c’est de choisir les emplacements où installer les gendarmes spatiaux. Pas question de laisser la NASA griller des feux rouges aux abords de la planète gros rouge. Mais l’espace est si vaste…

 (c) Hervé Lalau

Retrouvez cet article (et bien d'autres) dans In Vino Veritas d'octobre 2007.

 

07:27 Écrit par Hervé Lalau dans Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |