20 février 2008

Roussillon Les Aspres

Je reçois ce matin un communiqué du Centre d'information des Vins du Roussillon, où sont détaillés les différents crus du cette superbe région. Un paragraphe a particulièrement attiré mon attention: celui sur les Aspres, dénomination forcément un peu moins connue car assez récente.

Le Côtes du Roussillon Les Aspres, dernier né des Crus Roussillonnais (rouge uniquement), est le fier représentant de ce terroir argilo-siliceux à argilo-graveleux qui donne des vins puissants mais toujours d’une incomparable finesse.
Tels tous les crus Roussillonais, son rendement moyen est très petit et avoisine les 33 hl/ha.
D’une incroyable diversité, les Aspres, point de passage entre Vallespir, contreforts du Conflent et terrasses du Riberal, s’étendent des rives caillouteuses du Tech, vers Banyuls-dels-Aspres, jusqu’aux sommets touffus des environs du Prieuré de Serrabona, en passant par Thuir, capitale de ce terroir que domine la silhouette du Canigou.
Cette terre dont la beauté souvent sauvage est restée totalement intacte, demeure riche en vestiges de la puissance de l’Ordre des Templiers.
Ancienne cité médiévale fortifiée, Thuir est le centre viticole et économique de l'Aspre qui, avec ses deux musées cultive une vocation d'animation et de préservation du patrimoine naturel ou culturel.

Si tout ça ne vous donne pas envie de partir, ou au moins de sortir votre tire-bouchon...

 Roussillon

 

Plus d'info:  vins.roussillon@skynet.be

11:17 Écrit par Hervé Lalau dans Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

19 février 2008

Changements climatiques (4): attention à la qualité

Suite (et presque fin) du Congrès de Barcelone sur les changements climatiques, avec Fernando Zamora, chef de la Faculté d'oenologie de l'Université de Tarragone: "Un raisin mûri plus rapidement donne des concentrations en sucre plus élevées, mais un taux d'acidité plus bas et un PH plus haut". A l'arrivée, on a des vins plus durs, moins de subtilité aromatique. Sans parler que les produits sont plus chers, dans le certains pays qui taxent le vin en fonction de son degré d'alcool.

L'expert espagnol prédit également un glissement vers le nord de la limite septentrionale de culture de la vigne: "de 10 à 30 kilomètres par décennie".

 

100_0299

 

20:52 Écrit par Hervé Lalau dans Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |