19 novembre 2008

Vive les blogs de vin!

Le blogs d'Hervé Bizeul et de Jacques Perrin ont été choisis par mes confrères de l'APV, hier, comme "meilleurs blogs de vin".

Je visite souvent celui de Bizeul, je connais un peu moins celui de Perrin (et j'ai tort, car il est membre de la FIJEV!), mais un grand bravo aux deux. La blogosphère a besoin de vrais talents, et de reconnaissance.

Je vous redonne les adresses des deux gagnants:

 

http://closdesfees.com/blog2/index.php/

http://blog.cavesa.ch/

 

18:33 Écrit par Hervé Lalau dans Vins de tous pays | Tags : vin | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

18 novembre 2008

L'anglais, nouvelle langue du vin?

Je lis dans le Journal espagnol El Pais une interview de Pancho Campo, premier Master of Wine espagnol (bien que Chilien de naissance).

Celui-ci est péremptoire: "la nouvelle langue du vin, ce n'est plus le français, c'est l'anglais. Même les vignerons français le parlent, avec un accent très fort, mais ils le parlent".

Désolé, Pancho, nous ne devons pas pas visiter les mêmes "wineries". Ce dernier mois, je suis passé par les Marche, en Italie, puis par le Portugal et l'Andalousie; et je n'ai vraiment pas constaté que l'anglais soit si répandu parmi les vignerons. Bon nombre de ceux qui font du vin d'un certain niveau ont fait leurs études en France, et baragouinent plus facilement le français que l'anglais. Et quand ils ne parlent rien d'autre que leur propre langue, ils l'émaillent en général de termes qui fleurent bon Montpellier, Dijon ou Bordeaux, plutôt que Coonnawara ou Londres - siège des Master of Wines, où l'on ne déguste pas que des vins anglais.
Il y a bien sûr le cas des investisseurs danois de l'Alentejo, des Hollandais de Malaga, sans parler des winemakers australiens qui font souche en Europe et des nouveaux riches venus de l'Est... Sans oublier tous les pays du "Nouveau Monde du Vin", où je ne traîne guère mes guêtres. Mais ne généralisons pas, en tout cas en Europe.

En France, curieusement, le Français reste la langue véhiculaire. La connaissance de l'anglais y progresse c'est vrai; mais plus chez les gentlemen-propriétaires de Bordeaux que dans les zones rurales de la Fransse Profonnde. Là, on part de très bas.

Pancho, je peux te donner des adresses, si tu veux, où tu pourras parfaire ton français, avec ou sans accent. En attendant, please, ne nous ôte pas le peu de rayonnement linguistique qui nous reste...

Quant à nous Francophones, notre avenir est entre nos mains. J'ai participé l'an dernier à un voyage de presse en Toscane où, par courtoisie pour un seul confrère qui ne parlait que l'anglais, 18 Francophones acceptaient de parler la langue de Shakespeare.

Faut-il s'étonner après ça qu'un Espagnol nous dise que l'anglais est la langue du vin?

Si j'y retourne, je peux vous dire que je parlerai français.

 

 

 

 

12:04 Écrit par Hervé Lalau dans Vins de tous pays | Tags : vin | Lien permanent | Commentaires (4) | | | |