27 novembre 2009

Il en faut pour tous les goûts...

Vous l’avez peut-être vu sur Vitisphère : quelques extraits….
 
Au salon international du vin en vrac, on observe différents segments de marché :
- Celui de l’entrée de gamme, la France ou l’Italie ne peuvent rivaliser avec le Nouveau Monde, seule l’Espagne s’y risque, en particulier la Mancha, avec des prix inférieurs à 50 €/Hl et descendant jusqu’à 21 €/Hl (20 cents le litre !!!).
- Le milieu de gamme est dominé par les vins de cépages internationaux : aux cabernet sauvignon, merlot et autre chardonnay, on ajoute le pinot grigio (le pinot gris accédant à l’internationalité par la porte italienne); la fourchette va de 50 à 60 centimes le litre)
 
L’article ne dit pas dans quelle fourchette se situe le haut de gamme…..
 
Et pour voir à quoi cela ressemble une telle dégustation en pratique… voici:


image001

00:13 Écrit par Hervé Lalau dans Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

26 novembre 2009

Vin et paranormal

Curieuse aventure que la dégustation d'hier soir. Dix vins, quatre blancs, quatre rouges, deux effervescents. Avec cinq confrères, nous nous mettons au travail, consciencieusement.

Les blancs sont plutôt simples, plus ou moins fruités, avec quelques différences notables au plan des arômes mais aussi de la concentration. Les rouges sont un tantinet plus homogènes, mais la minéralité ressort assez fort du troisième, si ma mémoire est bonne, beaucoup plus en tout cas que des autres. Quant aux deux effervescents, ils sont tout deux plutôt sur l'amertume, mais avec plus de vivacité dans le premier que dans le second, plus plein, plus rond aussi.

Patatras, l'organisateur nous dévoile les noms des vins.  En fait, il n'y en avait que trois: un seul blanc, un seul rouge, un seul effervescent, chacun rigoureusement issu de la même bouteille. Mais répété 4 fois pour le blanc et le rouge, deux fois pour l'effervescent.

La seule différence: à part le premier de chaque série, qui sert d'étalon, les vins ont été magnétisés, ou "marqués" par un adepte du Feng Shui. Le dernier de chaque série étant celui qui doit s'approcher le plus de la notion de plénitude, selon cette théorie.

Je sens certains d'entre vous qui "décrochent" - rassurez-vous, moi aussi.

En matière de paranormal, de magnétisme, de mediumnisme, d'auras, etc... je me classe plutôt parmi les sceptiques; comme la fosse du même nom. Le vieux réflexe cartésien français, sans doute. Mais faut-il rejeter tout ce que l'on ne peut expliquer, ou n'accepter que ce que la science vous prouve? Je n'ai jamais été sur Saturne, je ne l'ai jamais vue qu'en photo, mais je crois bien qu'elle existe.

Je n'ai jamais rencontré ni proton, ni neutron, je suis incapable d'expliquer l'électricité, mais je m'en sers tous les jours.

Pour revenir à nos vins, tout ce que je peux dire, c'est que j'ai été bluffé comme les autres.

J'ai réellement trouvé des différences substantielles entre les vins, que rien d'autre ne peut expliquer. Ah, oui, au fait, l'organisateur, qui est digne de confiance, a assisté au "marquage". Celui-ci s'est fait sans que l'opérateur (étiquetez-le magnétiseur, rebouteux, chaman, télépathe ou comme vous voulez, je vous fais un prix sur les étiquettes) ne touche le liquide, et à l'insu des dégustateurs que l'on n'avait absolument pas prévenus.

Alors, comment ça marche? L'"opérateur" nous dit que chaque vin (comme chaque chose) a une signature magnétique, que lui la sent (nous aussi, d'ailleurs, confusément). Que certains vins dégagent naturellement plus d'"harmonie" que d'autres. Influence de leur origine, et des conditions s'élaboration, et même de leur élaborateur...  Il prétend aussi que lui peut modifier ce qu'ils dégagent, les "marquer" dans un sens ou dans un autre, les "charger", et que ces changements sont perceptibles. Par des dégustateurs néophytes... ou d'autres.

Selon lui, ce "pouvoir", qui est celui des sourciers, des bâtisseurs d'églises, des voyants, et j'en passe, dépasse de loin le vin, mais c'en est là une des applications les plus curieuses.

Maintenant, vous pensez ce que vous voulez, je ne vous demande pas d'y croire, juste de me croire: j'y étais, c'est arrivé.

05:05 Écrit par Hervé Lalau dans Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |