03 décembre 2009

De l'eau ou du vin?

Dans les dégustations professionnelles, on parle parfois de vins "dilués". Le dégustateur entend généralement par là des vins manquant de corps, de matière, trop fluides... Aqueux, comme dirait Johnny.

Mais savez-vous que l'adjonction d'eau dans le vin est admise aux Etats-Unis, à concurrence de... 35%? L'Europe l'admet d'ailleurs pour les vins américains qu'elle importe, justement, au titre d'un accord bilatéral. Mais elle limite sa tolérance à 7% du volume.

Qoui qu'il en soit, je me demande comment ces chiffres peuvent être contrôlés.

Pour mémoire, le mouillage des vins était déjà dans le collimateur des manifestants de la grande Révolte viticole de 1907, en France.

Et mis à part un certain Jésus de Nazareth, on n'a peu d'exemples de changements réussis d'eau en vin.

 

Cana

Jésus aux noces de Cana

07:11 Écrit par Hervé Lalau dans Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

01 décembre 2009

Engagez-vous, qu'ils disaient...

J'aimerais vous signaler un post très mordant d'Hervé Bizeul (Le Clos des Fées), à propos de l'engagement des critiques vineux. Ou plus précisément, de leur manque d'engagement.

http://www.closdesfees.com/blog2/

J'aimerais le rapprocher aussi d'un débat en cours sur le blog du GJE, à propos des généralisations  abusives, des jugements de valeur, des contradictions de certains critiques

http://gje.mabulle.com/index.php/2009/11/29/191795-le-millesime#co

Je ne prétend pas ne pas me contredire moi-même, parfois. Je n'ai pas de système. Je fonctionne beaucoup par réaction. Je m'insurge. Je prends des contre-pieds. Mes colères sont parfois dérisoires. Mes indignations doivent souvent tomber à plat. Mes coups de coeur en indiffèrent aussi plus d'un, je m'en doute. Je ne m'en excuserai pas. C'est à prendre ou à laisser.

Pour revenir à l'engagement, je le trouve sain. Tant qu'on ne s'en prend pas, à tort, à l'intégrité des personnes, je pense qu'on a le droit de tout dire. Le choix des mots peut choquer, bien sûr. Je préfère dire qu'un vin n'a pas d'intérêt plutôt que c'est une merde. Je ne parlerai jamais d'appellation de merde, par respect pour ceux qui font des efforts. Mais bien que je passe en général pour mesuré, il m'arrive aussi d'avoir envie de tout mettre dans le même panier, de jeter le bébé avec l'eau du bain. J'ai mes petits défauts.

Vos avis m'intéressent.

11:51 Écrit par Hervé Lalau dans Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |