06 juin 2010

Où l'on reparle de la fiche OIV... avec M. Castellucci

Dans mon jury, aux Sélections Mondiales de Québec, se trouve Federico Castellucci, le Directeur de l'OIV. Comme de bien entendu, nous utilisons pour noter les vins la fameuse fiche de l'OIV.

Quelle ne fut ma ma surprise, ce matin, d'entendre M. Castelllucci m'énoncer trois remarques  critiques vis à vis de cette fiche; trois remarques qui recoupent exactement les miennes (voir un post précédent).

A savoir, que le nombre de points réservé à la robe est trop important; que le concept de franchise, qui se rapporte à l'absence de défaut, mérite d'être mieux expliqué; et que le nombre de points dévolu à l'impression d'ensemble est trop faible.

Comme le Directeur de l'OIV a certainement plus de poids que moi pour décider d'une éventuelle refonte de cette fiche, je me dis qu'il y a de l'espoir.

Bien sûr, ce n'est pas pour demain: la dernière mise à jour (utile, puisqu'elle a permis de préciser que l'intensité devait être prise au sens positif, par exemple) ne date que de l'an dernier, et l'on voit mal l'OIV modifier cette fiche tous les ans...

04:51 Écrit par Hervé Lalau dans Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

01 juin 2010

Un peu de baume au coeur

Je pars ce matin pour Québec, afin de participer aux Sélections Mondiales Canada, un concours de vin très convivial que j'ai appris à apprécier ces dernières années - j'en suis à ma troisième participation.

Les jurys rassemblent agents, sommeliers, journalistes et oenophiles de haut niveau, en proportions assez équilibrées. Des Québécois, des Canadiens, mais aussi pas mal d'Européens qui s'extasient toujours devant la grande passion des autochtones pour le vin.

Dans ce contexte, les récents propos de Jonathan Quique, responsable de la presse au Concours Mondial de Bruxelles, sont un véritable baume au coeur des membres de mon auguste corporation: "Le journaliste est, par essence, indépendant. Informer est son métier. Lui faire la part belle au sein du jury est une manière de donner aux producteurs participants et au consommateur une garantie supplémentaire de l’équité et l’indépendance du Concours Mondial."

Merci, Jonathan, c'est presque trop beau pour être vrai.

00:15 Écrit par Hervé Lalau dans Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |