01 septembre 2010

Desseauve et les blogs de vin

Nos excellents confrères de Vitisphère ont interviewé Thierry Desseauve, qui vient de publier avec Michel Bettane son nouveau guide de vin. Une question a retenu mon attention: celle qui concerne les blogs de vin.

Vitisphère: On parle de démocratie participative sur Internet contre la tyrannie des experts: pensez-vous qu’il y ait concurrence entre un expert et des blogs ?

Thierry Desseauve: "Ce sujet qui m’a beaucoup fait réfléchir. D’une part, on a assisté au cours des dernières années à une vraie remise en question des experts, pas uniquement dans le vin. Par leur faute à eux tout d’abord: beaucoup se sont enfermés dans une tour d’ivoire en oubliant qu’ils avaient des clients, comme tout le monde, et que leur premier client c’est leur lecteur. Dans certains secteurs, pas dans le vin, heureusement, des experts sont au cœur de véritables catastrophes, je parle des experts économiques et notamment bancaires, qui ont détruit toute confiance dans leur jugement et ont donc réduit à néant la notion d’expertise dans leur secteur.

D’autre part, depuis dix ans, on observe sur Internet le développement incroyable de la blogosphere, des réseaux sociaux, des avis de consommateurs… Ce mouvement est porteur de beaucoup de bien et de beaucoup de mal. Par exemple, dans ce guide, un de nos collaborateurs principaux, Thierry Meyer, est clairement issu de ces communautés de passionnés. Nous étions épatés par la pertinence de ses interventions sur des forums depuis 2001: quand nous avons voulu relancer le guide, nous avons tout naturellement fait appel à lui. Internet a ainsi permis à des passionnés d’émerger, de faire valoir leur parole: combien de Bettane, dans les années 70, n’ont pas pu sortir de l’ombre faute d’habiter à Paris et de fréquenter les bons réseaux? Mais il n’y a pas que du bon: trop de ces passionnés s’expriment avec une violence verbale effarante pour défendre des positions d’ayatollahs, avec la prétention d’imposer des avis tranchés, sur des vins qu’ils ont goûté une fois. Quand on les rencontre en personne, on peut avoir la surprise de découvrir des gens très doux dans la vraie vie qui deviennent des Torquemada* dès qu’ils allument leur ordinateur…

Enfin, il y a une chose que l’on constate dans tous les systèmes reposant sur les seuls avis du consommateur: si ces avis ne sont pas guidés, ils deviennent vite illisibles. Regardez tripadvisor, pour sortir du vin : vous cherchez un hôtel, vous lisez trente avis et aucun ne va dans le même sens, parce que tous ces consommateurs sont allés à l’hôtel avec des attentes différentes et ont perçu différemment la façon dont l’hôtel y a répondu. On retrouve cela sur des sites comme cellartracker.com d’Eric LeVine : sur un vin donné, on a pléthore d’avis et des commerciaux qui sont là en sous-marin pour vanter les mérites de leur employeur.
Je suis intimement persuadé que l’avenir c’est un tandem consommateur + expert, avec des règles et des garde fous précis. Dans un panel de consommateurs où tout le monde est à égalité, il y aura toujours une forte tête pour dominer les débats et imposer son point de vue, alors que si un expert reconnu est à la table, il pourra faire parler tout le monde et dégager un consensus, recueillir les avis des consommateurs, qui ajoutent à son expertise technique, et se nourrir de ces réflexions.
Dans un esprit de communauté, il y a beaucoup à faire sur Internet. C’est compliqué, avec beaucoup de choses à réinventer. Mais pour moi, l’époque et l’avenir vont à ce duo entre consommateur et expert."

Thierry Desseauve a juste oublié un cas de figure: celui du journaliste blogueur, comme moi. Un type qui, idéalement, combine le meilleur des deux mondes. Mais j'excuse Desseauve, car duo ou pas, je n'ai pas la grosse tête.

Ah, au fait, je ne prétend guider personne. Ni Duce ni Führer. C'est sans doute pour ça que je ne me considère pas comme un expert, mais comme quelqu'un qui rend compte. Un journaliste, je crois que ça s'appelle.

 

07:47 Écrit par Hervé Lalau dans Vins de tous pays | Tags : blogs, vin, vignoble, desseauve | Lien permanent | Commentaires (12) | | | |

31 août 2010

Record de ventes de vin à l'aéroport de Dubai

107.000 dollars. Pour 8 bouteilles de vins (dont Petrus 1959, 1961 et 1947). C'est le nouveau record mondial de ventes de vins dans une boutique d'aéroport. Surprenant, pour un pays musulman!

Mais les sociétés de distribution de vin à Dubai sont dans les mains de non musulmans. Et il faut plutôt voir le développement des ventes de boissons alcoolisées dans l'Emirat comme la marque de l'accroissement du nombre de touristes. Ah, l'hospitalité orientale...

10:55 Écrit par Hervé Lalau dans Vins de tous pays | Tags : dubaï, vin, ventes, commerce | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |