26 mars 2011

Vin français: simplifier ou expliquer?

"Les vins français doivent revenir plus accessibles aux consommateurs, plus compréhensibles, moins ésotériques, moins élitistes, déclarait récemment Anne Haller, de France Agri Mer. Se basant sur un étude commanditée par l'office de promotion agricole français, elle enfonçait le clou: "Les consommateurs veulent bien boire du vin français mais pour eux ce doit être un service facile, ils ne souhaitent pas faire des efforts, être éduqués".

C'est dommage, parce que la mission d'explication, c'est justement celle de la presse. Je ne compte donc pas sur France Agri Mer pour m'y aider.

C'est dommage aussi pour les gens qui s'évertuent à faire des vins "compliqués" - je veux dire, autre chose que les 5 grands cépages mondiaux, tous hyper-concurrencés. Autre chose que des vins évidents.

france agrimer,vin,vignoble

"Bon alors pour simplifer votre acte d'achat, on a maintenant deux types de rouge en France, la bouteille haute et la bouteille basse. Vous mettez les étiquettes que vous voulez, c'est la cuvée Agri Mer"

C'est dommage, parce que j'ai du mal à comprendre comment France Agri Mer entend faire passer le message français avec le type de vins qu'il prône. Suggère-t-il de jouer uniquement sur le prix? J'ai le regret d'annoncer à Mme Haller que sur ce chapitre, à cépage égal et à qualité égale, nos amis Australiens, Sud-Africains et Chiliens sont plus que compétitifs. L'entrée de gamme, ils connaissent. Le premium aussi. Ils y sont même souvent plus forts que nous. Simplifier, dans ce contexte, cela risque fort de faire perdre au vin de France son "unique selling proposition".

Mais de qui au juste France Agrimer est-il le porte-drapeau, avec sa "simplification"?

A l'évidence, pas des petits Bourguignons épris de leurs climats et cherchant à affirmer leur différence. Quitte à l'expliquer.  Au risque de vous surprendre, tous les consommateurs étrangers ne sont pas décérébrés; il y en a même qui demandent de l'info.

Non, je pense que cette approche "basique" s'adresse plutôt aux grands faiseurs cherchant à écouler leurs volumes à l'export, alors que le marché français se rétracte. Mais cette France là me rend plutôt... aigre et amer.

Au fait, les deux types de producteurs ne financent-ils pas France Agri Mer?

 

 

 

00:00 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, Bourgogne, France, Vins de tous pays | Tags : france agrimer, vin, vignoble | Lien permanent | Commentaires (10) | | | |

25 mars 2011

Kofi-time (Climate Change & Wine)

J'ignorais que Kofi Annan s'intéressait au vin. Il n'en a guère fait la démonstration dans le cadre de ses fonctions de secrétaire général de l'ONU.

climat,vin,kofi annan

Kofi Annan (Photo Ricardo Stuckert/PR/ABr)

Il n'a jamais envoyé de casques bleus pour régler les grands conflits de la planète vin; je pense à la querelle du Tokay (entre Hongrois et Slovaques), ou à l'affaire du Champagne vaudois; sans parler de la Rioja argentine...

On ne la même jamais entendu condamner les exactions des Anpaas, ces féroces guerriers de la prohibition.

C'est pourtant lui qui présidera les travaux de la conférence "Climate Change & Wine", organisée à Marbella les 13 et 14 avril prochain. On espère en tout cas qu'il s'y rendra en personne: lors de la conférence organisée sur ce même thème, à Barcelone, en 2008, la grande figure annoncée pour l'occasion, Al Gore, n'était apparue... qu'en video.

Plus sérieusement, on se demande si cette problématique tellement éculée peut susciter de nouvelles réflexions vraiment intéressantes. Autres que les boniments des vendeurs de levures à faible production d'alcool, je veux dire...

Une chose est sûre: à défaut de se renouveler dans la thématique, Pancho Campo et sa Wine Academy of Spain ont un beau carnet d'adresses d'anciennes gloires de la politique.

Bon, en attendant, je vais essayer de me libérer pour la prochaine assemblée de l'ONU.

 

00:07 Écrit par Hervé Lalau dans Vins de tous pays | Tags : climat, vin, kofi annan | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |