22 avril 2011

What good wine writers are for

Mon confrère britannique Stuart George débatait récemment sur son blog avec Randall Grahm (le fondateur de Bonny Doon, chroniqueur à ses heures perdues pour Dr Vino). Le sujet: le rôle du critique vineux. Un débat vieux comme la critique vineuse, mais relancé voici peu par la nomination d'Antonio Gallioni au poste de correspondant du Wine Advocate pour la Bourgogne et la Californie.

Deux régions où le nouveau promu n'a été que deux fois dans sa vie, comme il l'avoue lui-même.

Ce qui, sans rien enlever aux capacités de dégustateur de M. Gallioni, pose pour certains le problème de sa compréhension des deux régions, ou encore (lâchons le mot qui fâche) son approche des terroirs.

 

vin,vignoble,critique

Stuart George

Stuart: “Do you not think that wine writers should encourage what they believe to be the most authentic expression of any given terroir rather than more outré interpretations…?”

Randall: “I am in agreement that outré stylistics are infinitely less interesting that true expressions of terroir (and would suggest that the New World modern style is generally a stylistic overreaching). But I am glad that there are people making orange wines, fermenting oddball grapes in amphorae, making wines without SO2, making wines with tons of SO2 (Manfred Prüm). An influential wine writer has to ask him(her)self if his own predilections are making the world of wine richer or more impoverished. Great terroirs are precious and are worth championing."

Voila qui est bien dit. Mais au fait, pourquoi le Wine Advocate ne se trouve-t-il pas un bon journaliste bourguignon pour suivre l'actualité viticole locale, déguster ce qui doir l'être sur place, rencontrer les gens qui comptent? Il est plus facile de trouver un bon traducteur qu'un bon expert en vins de Bourgogne...

Et c'est vrai également pour la Californie, mais sans le problème de traduction.

Etonnez-vous après ça que je ne lise pas le Wine Adovocate (ni le Wine Spectator, d'ailleurs!).

En attendant, je rajoute le blog de Stuart George dans mes favoris: c'est ICI

PS. On passe beaucoup de temps à se demander à quoi on est bon dans cette profession. C'est bien parce que le doute est salutaire. Mais trop n'en faut: l'important, ça reste le vin lui même, pas ce que moi je pense du vin, pourquoi j'y pense, comment j'y pense, etc...

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans Bourgogne, Etats-Unis, Grande-Bretagne, Vins de tous pays | Tags : vin, vignoble, critique | Lien permanent | Commentaires (5) | | | |

21 avril 2011

Grands Crus Classés: révision du classement

"Le mot "classé" sur l'étiquette est un sésame pour une partie de notre clientèle" précisait récemment à mon excellent confrère César Compadré (Terres de Vin), une acheteuse chinoise venue faire son tour de piste au Cirque Primeurs.

Ah, le fameux Classement de 1855! Et dire qu'il n'avait été établi que pour le temps d'une Exposition Universelle! Sur la base des tarifs, en plus! Et voila qu'il se prend pour un monument historique. Une pyramide de la qualité. "Du haut de ces crus classés, 40 banques vous contemplent..." Je sais, c'est facile. Mais ça défoule.

Tiens, à propos, même les pyramides de Gizeh s'effritent - elles ont perdu leurs placages en or. La pyramide du classement de 1855, non. Faut croire qu'on la repeint régulièrement.

Qu'à cela ne tienne. Rien ne m'empêche de vous donner mon classement à moi. Ah, je vous vois venir: Lalau a pété les plombs, il se prend pour un prophète ou un gourou.

Que nenni, manants. C'est juste que je pense à vous. Je suppose que bon nombre d'entre vous vous intéressez à d'autres choses qu'aux "intemporels" de Bordeaux; soit parce que votre goût vous porte vers d'autres horizons, soit parce que votre portefeuille ne vous permet pas de jouer à la loterie des Primeurs, ces temps-ci.

Alors pour vous, les amis, voici mon classement révisé.

Pas de premiers ou de seconds, pas de A ou de B, juste des coups de coeur. Voyez comme c'est drôle: le plus souvent, derrière les vins que j'aime, il y a des gens que j'apprécie, des belles rencontres. Rencontres faites ou à venir, d'ailleurs, car avec ce fichu internet, il paraît qu'on peut devenir "amis" sans jamais se rencontrer.

Mais bref, voici mon classement - par ordre alphabétique, c'est le seul qui vaut à mes yeux.

Alka (François Lurton, Colchagua)

Almenkerk (Joris van Almenkerk, Elgin)

Weingut Anselmann (Ralf Anselmann, Edesheim/Pfaltz)

Domaine Ampelidae (Frédéric Brochet, Marigny)

Cal Demoura (Vincent Gournard, Jonquières)

Clos Apalta (Jérôme Poisson, Colchagua)

Domaine d'Aupilhac (Sylvain Fadat, Montpeyroux)

Bernard Baudry (Matthieu & Bernard Baudry, Cravant les Coteaux)

Château Bellevue La Forêt (Diane Germain, Fronton)

Jean-Marc Brocard (Chablis)

Benanti (Giuseppe Benanti, Catania)

Francis Boulard & Fille (Francis Boulard, Cauroy-les-Hermonville)

Podere Castorani (Jarno Trulli, Abruzzo)

Domaine des Chardons (Beaucaire)

Château Closiot (Françoise et Bernard Sirot, Barsac)

Domaine Combier (Laurent Combier, Pont de l'Isère)

Domaine des Côtes de la Molière (Isabelle Perraud, Vauxrenard)

Domaine de Coume Majou (Luc Charlier, Corneilla de la Rivière)

Château Corbin (Anabelle Cruse-Bardinet)

De Bartolli Bukkuram (De Bartolli)

Dopff Au Moulin (Philippe Durst, Ribeauvillé)

Dutry (Julien Dutry, Founex)

Château Jean Faure (Stéphane Derenoncourt, St Emilion)

Domaine Filliatreau (Frédérick Filliatreau)

Château Fonroque (Alain Moueix, Saint Emilion)

Domaine Philippe Gilbert (Menetou Salon)

Domaine Goisoit (Saint Bris)

Champagne Gonet (Philippe Gonet, Mesnil sur Oger)

Mas de Gourgonnier (Eve Cartier, Les Baux)

Château Guadet (Guy Pétrus Lignac, St Emilion)

Domaine Alice Hartmann (André Klein, Wommeldange)

Château Ksara (Eli Maamari, Bekka)

Château de Jabastas (Alain Vercouter, Izon)

Klein Constantia (Adam Mason, Cape Town)

Domaine de la Louvetrie (Jo Landron, La Haye Fouassière)

Domaine Lisson (Iris Rutz-Rudel, Olargues)

Magon Majus (Belgacem d'Khili, Carthage)

Château de Mansenoble (Guido Jansegers, Moux)

Bodegas Muga (Haro)

Herdade Paço do Conde (Baleizao)

Clos Mont Olivet (Thierry Sabon, Châteauneuf du Pape)

J. Mourat (Mareuil)

Jorge Ordoñez (Malaga)

Château Pauqué (Abi Duhr, Ahn)

Château Pavie (Gérard Perse, Saint Emilion)

Henry Pellé (Menetou Salon)

La Réserve d'O (Marie Chauffay, Arboras/Larzac)

Clos des Rochers (Hubert Clasen, Grevenmacher)

Scali (Wilie de Waal, Voor Paardeberg)

Spier (Johan de Villiers, Linda Louise Roosenschoon, Stellenbosch)

Domaine des 7 Lunes (Jean Delobre, Bogy/Saint Joseph)

Robert Sérol (Renaison)

Domaine Sirugue (Daniel Wilmotte, Vosne Romanée)

Domaine de Terres Neuves (David Kind, Saint Prex)

Domaine Jean-Paul Thévenet (Morgon)

Stéphane Tissot (Montigny les Arsures)

Domaine de Torraccia (Marc Imbert, Porto Vecchio)

Domaine des Tourelles/Domaine de l'Orpailleur (Hervé Durand)

Château de Tracy (Comte d'Assay, Pouilly sur Loire)

Bodegas Tradicion (Jerez)

Domaine Vessigaud (Pierre Vessigaud, Pouilly-Fuissé)

Veuve Devaux (Marie Gillet, Bar sur Seine)...

Contrairement au Classement de 1855, le mien est modifiable, ouvert, accueillant, au gré de mes coups de coeur. Mes excuses à tous ceux que j'ai oubliés!

Le "j'aime/j'aime pas" est sans doute "une facilité de journaliste faignasse", comme dit Guy Carlier, orfèvre en distanciation. Mais moi, je n'ai rien trouvé de mieux pour choisir les vins que je recommande à des proches.

Au fait, un classement basé sur l'estime envers le producteur, les bons moments passés avec lui, et sur la qualité de vins dégustés personnellement et récemment, ça tient au moins autant la route qu'un décret impérial, non? Respectons le patrimoine, mais sachons apprécier les vins du présent!

Et puis, si vous visitez ces producteurs, dites leur que vous venez de ma part ou ne le dites pas, peu importe, je sais que vous serez bien reçus...

 

 

 

11:48 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (8) | | | |