14 mai 2011

Réchauffement climatique et viticulture: un "indic"

Très obligemment, Anne Sophie Lerouge, la directrice de la Communication d'Interloire, attire mon attention sur un site intéressant: celui de l'Observatoire National sur les Effets du Réchauffement Climatique (ONERC). Il présente plusieurs "indicateurs" de ce phénomène, dont certains sont directement liés à la viticulture. Et qui donnent des évolutions du climat une image plus nuancée qu'on ne l'entend généralement. On a ainsi connu plusieurs périodes de réchauffement, mais également plusieurs refroidissements depuis les années 1900.

A titre d'exemple, voici ce qu'on y lit à propos des dates de récolte à Saint Emilion:

"Les dates de début des vendanges sont corrélées au climat thermique de l'année exprimé en somme de températures moyennes supérieures à 10°C. Les variations interannuelles des dates de vendanges sont importantes et la température n'est pas la seule variable explicative. Si on trace la date moyenne décadaire de début de vendange, on observe que pendant la majorité du 20ème siècle, les dates des vendanges fluctuent autour du 270ème jour de l'année (26 septembre). Une tendance nette et continue à la précocité des vendanges débute en 1988 pour atteindre le 259ème jour de l'année (15 septembre). Ces dates moyennes n'ont jamais été atteintes au cours de la période considérée. Cette précocité fait suite à une période de vendanges relativement tardives entre 1973 et 1988. Des périodes de vendanges précoces sont observées au début du 20ème siècle (jour 261), au début des années 1920 et des années 1940 (jour 265)."

Plus d'info: www.onerc.org/

10:04 Écrit par Hervé Lalau dans France, Vins de tous pays | Tags : vin, vignoble, réchauffement climatique, saint émilion | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

13 mai 2011

J'aime/j'aime pas

Non, je ne vais pas vous parler de cette tendance du J'aime/J'aime pas qui réduit la critique vineuse à la justification verbodiarrhéique de préférences très subjectives. 

J'ai mis ce titre pour attirer l'attention (et oui, c'est du marketing du pauvre). Pour vous inciter à lire la chronique de mon excellente consoeur et amie Anne Serres. C'est ici

Je trouve que cela mérite réflexion.

Nous rêvons tous de vignerons intègres et passionnés de leurs vins. D'artisans, voire d'artistes. A longueur de rencontres, je dis aux producteurs de faire ce qui leur plaît, ce en quoi ils croient, de rester eux-mêmes, de savoir nous entendre, nous, critiques, mais aussi, de savoir ne pas trop nous écouter.

Mais puis-je vraiement vous jurer que l'étiquette d'un vin ne m'influence jamais, pas plus que les modes du vin?

La réponse est non.

09:23 Écrit par Hervé Lalau dans France, Vins de tous pays | Tags : vin, vignoble, france, dégustation | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |