05 août 2011

En congė de la République... des blogs

Est-ce d'avoir parcouru les gros titres de la presse féminine, qui incite ces dames, non seulement à être belles, mais à se ressourcer grave? J'ai décidé de me ressourcer aussi, à défaut d'être belle. Et cela passe par un arrêt brutal de notre relation, amis du net.

Oh, rassurez vous, pas pour longtemps, juste quelques jours de farniente, de rien faire, au soleil de Gascogne - n'écoutez pas la météo, tous les jours on nous annonce du gris et tous les jours ça se lève, ça brille, ça chauffe. J'espère que les bulletins pour les pros ont plus précis et plus fiables! Parce que si j'étais vigneron à Fronton ou à Saint Sardos (ce qu'à Dieu ne plaise, ces gens-là ont une notoriété à défendre), et que j'écoutasse les bulletins nationaux, je crois que j'arracherais mes vignes pour les replanter, tiens, dans le Kent! C'est hyper tendance, le Kent, et en plus, c'est plein d'Anglais qui sont tout fiers de pouvoir enfin boire national. Et puis côté climat, dans le Kent, ça ne peut que s'arranger, à croire que le global warming est fait pour eux.

Donc, je coupe le lien pour quelques jours. Une première, depuis la création de ce blog. Mais je vois que d'autres blogueurs de vin, et pas des moindres, ne postent pas tous les jours et ne s'en portent pas plus mal! Quality versus volume, mind versus matter, etc...

Rassurez-vous, vous ne perdrez pas au change. Je continue à déguster, à visiter, je prends des notes. Je vous reviendrai en grande forme, j'espère. Et plus captivant que jamais (bon ça c'est pas difficile).

06:01 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, Europe, France, Vins de tous pays | Tags : vins, vignoble, blogs | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

03 août 2011

Eloge du tannat

Olivier Bourdet-Pees (Plaimont Producteurs) était un des intervenants du colloque "Tannat/Madiran-Uruguay", qui s'est tenu lors de Vinexpo 2011. Fort à propos, à mon sens, il a rappelé l'importance de préserver des cépages moins diffusés, comme le tannat, alors qu’aujourd’hui, en France, 20 cépages représentent 86% du vignoble.

"Nous devons les défendre pour faire valoir notre typicité de production. Parler du tannat aujourd’hui, c’est aussi contribuer à la diversité des vins, des goûts et des émotions."

tannat,uruguay,vin,vignoble,madiranGrappe de tannat (photo Pancrat, conservatoire du vignoble charentais)

Pour Bourdet-Pees, paradoxalement, qu’il soit aussi présent en Uruguay permet de porter de message sur le continent américain où prédominent les grands cépages internationaux. Il observe aussi que le tannat est l’ambassadeur des vertus d’une consommation modérée de vin car il présente une grande richesse en polyphénols totaux.

PS. N'oublions pas les quelques AOC et IGP françaises qui proposent également du tannat à leur "assortiment", comme Irouléguy, Côtes du Brulhois, Saint Mont, Saint Sardos, Tursan ou même Cahors...

Plus d'info: Victorine Crispel, l'Agence Vini Fera, v.crispel@lagencevinifera.fr

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans Charentes, France, Sud-Ouest, Vins de tous pays | Tags : tannat, uruguay, vin, vignoble, madiran | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |