18 septembre 2011

Usurpation d'identité

"Bordeaux est la patrie du Merlot", "La Syrah est rhodanienne par essence", "Le Chardonnay a trouvé en Bourgogne les conditions de l'excellence"... 

Ces "plus points" des grandes régions françaises nous sont régulièrement reservis par leurs agences de presse, convenablement micro-ondés. Et comme tout ça est vrai, on adhère, on répète, on paraphrase, on relaie.

A tort, d'aucuns en déduisent  que tous les vins qui sont faits dans ces régions sont plus typés, plus vrais, en un mot "meilleurs" que dans tout autre endroit. C'est là toute l'astuce de la communication des régions, et notamment des AOC, qui généralisent à outrance.

Régulièrement, la dégustation nous prouve que ce n'est pas le cas.

Certains merlots du Tessin et du Trentin sont admirables. Le sauvignon de Leyda, au Chili, est excellent. La syrah donne de superbes résultats en Suisse et en Afrique du Sud.   

Tous les Bourgogne ne sont pas des Coche-Dury. Tous les Alsace ne sont pas des Hugel, des Trimbach, des Deiss ou des Dopff. Tous les Bordeaux ne sont pas des Château Margaux. Rectification: tous les Margaux AOC ne sont pas des Château Margaux. Mais comment feriez-vous la différence, personne ne voit jamais Château Margaux dans les dégustations comparatives, dnas les concours. Et j'aimerais bien savoir combien  d'entre vous, amis lecteurs, en ont déjà bu. Parler d'un "profil Margaux", c'est à la limite de l'usurpation d'identité.

Combien de consommateurs se laissent encore mener par le bout du prétendu terroir? Et même chez les aficionados. Combien liront avec gourmandise un dossier sur Pauillac dans leur revue de vin favorite, et délaisseront l'article sur Mendoza, les Caves de Carthage ou Château Ksara...

Alors, pensez-y quand vous achetez votre vin. Grattez un peu le vernis de la culture qu'on vous digère... et laissez vous surprendre par d'autres provenances, d'autres noms. Comparez, et jugez par vous-mêmes. Peut-être que vous en reviendrez à vos vins habituels, aux grands classiques.  Mais ce sera pour de bonnes raisons, alors.

00:56 Écrit par Hervé Lalau dans Vins de tous pays | Tags : vin, vignoble, terroir, amalgame, usurpation | Lien permanent | Commentaires (5) | | | |

17 septembre 2011

Concours Mondial de la légende à deux balles (le retour)

Pirerre Deproges dans ses oeuvres...

 

 

 Les ravages de la puce à curés en Amérique du Sud

 

 

Exemple de soutane bleue

(ici en noir)

 

 

Essayage de chaussures sacerdotales

 

 

Directeurs mexicains déposant leur bilano

 

 

Endiviers ruinés par la grande sécheresse de 1864

 

 

Sans femme, l'homme s'étiole

 

 

 Divers stades d'évolution de l'hémiplégie

 

 

le Pangolin s'est échappé

(photo Paris Match)

 

 

 Un kamikaze  égaré se pose à Mexico

( ph.Harcourt)

 

 

J-Y Cousteau mimant le mégatherium aux Journées de Mexico

 

 

 L'abbé Pierre jette un oeil sur la misère

(photo Emmaeus)

 

 

Alunissage raté

 

 

Avant Pie IX les rouquins étaient excommuniés

 

 

De gauche à droite : les 5 sens

 

 

Exemple d'autotorture: la génuflexion

 

 

Absence d'uropygienne chez le non-canard

 

 

Vasille Vasidonvasimimile mimant le vélo devant Pie IX

à la foire de Mexico

 

 

Le xiphophore vénéneux est lacrymogène

(travaux du Dr Schwartzenberg)

 

 

"L'abbé Pierre à Lambaréné"

 

 

 

 La reddition du maton de la Bastille

 

 

 

B.Tavernier essayant de corrompre le jury du festival de Cannes 1984

(photo Paris-Match)  

 

 

 

 Les quatre amants d'Hélène Gomez

 

 

 

Bourgueillais ayant fui le mildiou acceuillis à Mexico

 

 

 

Larminier testant le cancer du genou (photo Niepce )

 

 

 

"Morituri salue ta tante"( P.D.Lomo)

 

 

 

"Les notables de saint gilles croix de vie surpris par la maree montante"

(photo ouest france)

 

 

 Les ionesco à l'Unesco

 

 

 

Les travaux de Xaintrailles sur les Gnous

(photos W.Disney)

 

 

 

Le Yang-tseu-kiang à sec

(Mao Tsé braque)

 

 

Et un dernier de mon petit cru:

Un propriétaire de Grand Cru de Bordeaux ruiné par les Foires aux Vins remet son âme à Dieu.