12 janvier 2012

J'ai essayé... Littineraires Viniques

Je ne connais pas personnellement M. Bétourné, aussi quand j'ai lu son commentaire, début 2011, à propos de l'infâme billet que j'avais osé écrire à propos des blogs de vins (rappelez-vous, le Post Incorrect), je n'ai pas vraiment "percuté", comme on dit dans l'Armée.

Ce n'est qu'aujourd'hui que je comprends vraiment à quoi il fait référence. Je parlais des blogs "abscons". Il l'a pris pour lui et pour lui seul. Il avait tort. Parce qu'à l'époque, je ne connaissais pas assez son blog, Littineraires Viniques. Je n'en avais lu qu'un petit extrait. Pas assez pour se faire une idée juste.

Depuis, j'ai réparé cette lacune. Maintenant, je sais.

blog de vin

 

Autant vous l'avouer, M. Bétourné, je ne suis pas vraiment fan de ce que vous faites. Disons que ce n'est pas ma tasse de thé. Comme Milos Forman fait dire à Salieri, je crois, à propos de Mozart, dans son Amadeus, "il y a trop de notes". Notez bien que Mozart est resté dans l'histoire, alors que Salieri...

Mais il y a plus important: je conçois que votre blog ait ses adeptes; et je ne vise pas à les décourager, d'autant que je vous crois sincère et surtout, passionné. Alors qui suis-je pour vous enlever votre passion, pour vous dire comment écrire et sur quel thème?

Moi, je n'aimerais pas qu'on me le fasse.

Je me répète, la grande force de la blogosphère, c'est sa diversité, il y a des lecteurs pour tous styles de prose et de poésie, et même, qui sait, certains de mes plus fidèles lecteurs, au contraire de moi, accrochent à votre style.

Tout ceci pour vous dire, M. Bétourné, de blogueur à blogueur, que je vous respecte, et je vous souhaite de continuer longtemps encore votre Littineraire...

00:09 Écrit par Hervé Lalau dans Vins de tous pays | Tags : blog de vin, littineraires viniques | Lien permanent | Commentaires (8) | | | |

11 janvier 2012

In Vitro Veritas

La vérité est dans le verre, lit-on souvent dans la prose vineuse. Moi-même, j’en use à l’occasion.

Une autre façon de dire que la dégustation prime. Ou bien qu’il n’y a que le résultat qui compte. Est-ce si sûr ? Faut-il tenir pour négligeable la franchise des moyens employés ?

vin,vigne, dégustation

What's in my glass?

On peut trouve des arguments pour et contre.

Prenez le cas des vins bio. Pendant des années, leur qualité laissait à désirer. On avait beau adhérer philosophiquement au concept, le résultat n’était pas là.

Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Ni pour le bio, ni pour le biodynamique. Ni même pour les vins dits naturels. Les dégustations que j’ai pu faire récemment au salon Renaissance des Appellations, m’en ont définitivement convaincu.

Bien sûr, il y a du déchet dans le bio, tout n’est pas bon, loin de là. Mais du côté du «conventionnel» non plus. Alors on en revient à notre axiome du début : «In vitro veritas». Sauf qu’à qualité égale, qui ne préférerait un vin produit dans le respect maximal de l’environnement? – et de la santé des gens, consommateurs et producteurs, surtout.

Reste une petite musique discordante qui résonne dans ma tête: est-il possible de maquiller un vin au point qu’il séduise même l’amateur averti, de lui donner l’aspect d’un vin de terroir, d’un vin authentique, d’un vin d’auteur, tout en employant des méthodes productivistes et tout l’arsenal de l’œnologie correctrice ?

Quand je traversais le Chili, l’an dernier, je me suis parfois demandé si la fraîcheur de certains chardonnays n’était pas due à une réacidification.  Je n’ai pas de preuve, juste de vagues soupçons. Mais si l’on ajoute à ça l’osmose inverse, les levures sélectionnées, le mouillage, la chaptalisation, les copeaux, les moyens de rectifier un vin pour l’adapter au goût dominant sont tellement nombreuxqu’on se demande comment un nez pourrait tous les identifier dans un même vin.

C’est sans doute pour ça que nous autres journalistes aimons bien visiter les vignes et les chais  Ce n’est pas une garantie absolue, mais passer quelques heures avec  le vigneron, l’écouter raconter son vin et sa vigne, les yeux dans les yeux,  permet de comprendre bien des choses. In oculo veritas.

00:11 Écrit par Hervé Lalau dans Vins de tous pays | Tags : vin, vigne, dégustation | Lien permanent | Commentaires (5) | | | |