20 février 2012

En parlant des concours de vin

Récemment, sur le salon d'Angers, un producteur me demandait ce que je pense du Concours Mondial de Bruxelles.

Et puis quelques jours plus tard, la télévision belge francophone (RTBF) consacrait un petit sujet aux concours de vin en général.

Le thème serait-il "chaud"?

Je l'ai déjà abordé longuement il y a quelques années, aussi n'y reviendrai-je pas en détail.

Je me bornerai à vous dire qu'on frise la saturation - entre les concours à vocation internationale, les concours nationaux, les concours régionaux et les concours à thème (Pinot Noir, Chardonnay, Muscat, Sauvignon, vins de montagne...), on ne sait plus donner de la tête. Et quand je dis on, je ne pense pas seulement au dégustateur, au juré que je suis ou que j'ai pu être, avec des fortunes diverses, mais aussi au consommateur, qui doit avoir du mal à estimer la vraie valeur ajoutée d'un macaron, d'une médaille sur une bouteille.

Je ne crache pas dans la soupe: j'ai participé à de nombreux concours, et même si je sélectionne un peu plus ces derniers temps (à moins que ce soient les organisateurs qui soient plus sélectifs, allez savoir), je continuerai à le faire.

Cette année, je "refais" les Vinalies, le concours des Oenologues de France, à Paris, et je n'ai aucune crainte. Les Vinalies, c'est toujours bien organisé, et j'y retrouverai avec plaisir et l'équipe des organisateurs, toujours aux petits soins, et les quelques amis que je me suis faits parmi le jury.

 

00:10 Écrit par Hervé Lalau dans Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

18 février 2012

Conférence à Vinisud: s'adapter aux goûts des consommateurs

Le 20 février prochain, à 14h30 sur le Salon Vinisud, Vitisphere propose une table ronde sous le titre "Comment le monde du vin s'adapte-t-il à la diversité des goûts et aux différents comportements des consommateurs ? L'exemple de la Région Languedoc-Roussillon et de la marque "Sud de France"."

La conférence, animée par ma consoeur Anne Serres (Vitisphere), réunira Gérard Bertrand, Patrick Ducournau (œnologue conseil et spécialiste en analyse sensorielle), Gérard Basset, Dominique Laporte, Andrew Bell (Président de l'association des sommeliers américains), Lu Yang (Meilleur sommelier de Chine) et mon confrère britannique Andrew Jefford.

Je n'y serai pas, retenu par d'autres obligations, mais si j'avais pu m'y rendre, j'aurais posé une seule question: en ce qui concerne les vins d'appellation, avec leur fameux lien au terroir, faut-il vraiment s'adapter au goût des marchés, ou plutôt expliquer?

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans Europe, France, Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |