31 août 2013

Vieux Magon 2005... et l'avenir de la Tunisie

En Tunisie, le mot "Magon" désigne non seulement un agronome carthaginois, père de la viticulture locale (voire mondiale), mais tout bonnement un beau vin rouge. Pas un restaurant à Tunis, à Hammamet ou Djerba qui n'en ait a sa carte.
Le Vieux Magon, lui, désigne un vin plus ambitieux, élevé 12 mois en fût de chêne français.
Un vin qui, dans son millésime 2005, délivre encore énormément de fraîcheur. Il assemble syrah, merlot et deux plaisirs: le fruité (pruneau, mûre) et la structure.
 

Plus d'info: Les Vignerons de Carthage


Unknown.jpeg


PS. Au moment où j'écris ces lignes, un voile semble près de déchirer en sur Tunisie. Les jours qui viennent seront décisifs pour la construction d'une vraie démocratie. Je me permets donc de lever mon verre de Vieux Magon à la santé de ce beau pays ami.

A nous d'aider nos amis, ceux qui partagent nos valeurs de tolérance.

Et les autres? Dégage!

10:10 Écrit par Hervé Lalau dans Tunisie | Tags : tunisie, magon | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

29 août 2013

Connaissez-vous le Marselan?

Le Marselan est un cépage rouge créé dans le Languedoc dans les années 60. Il est le croisement du grenache et du cabernet sauvignon. Le but ce cette nouvelle obtention était de fournir aux vignerons du Sud une variété à la fois résistante à la chaleur et aux maladies, et qui cumulerait les avantages de ses deux parents - richesse aromatique du Grenache et structure du Cabernet.

Il reste relativement marginal dans l'encépagement et il est assez rarement vinifié seul, aussi n"ai-je jamais eu, jusqu'à présent, l'occasion de déguster un 100% Marselan. 

Cette lacune vient d'être comblée, hier, avec un Marselan... de Tunisie.

Marselan.jpg

Photo (c) H. Lalau

Il s'agit d'une des composante de la nouvelle gamme des monocépages proposés par les Vignerons de Carthage - Merlot, Pinot Noir, Cabernet Sauvignon et Marselan. 

Il s'agit d'un 2012 - le premier millésime de cette gamme qui sera commercialisé (l'étiquette est encore encours de réalisation, j'ai dégusté un échantillon qui n'est pas encore sur le marché)

Ce qui frappe, avec le Marselan, outre sa robe très profonde et sans aucune note d'évolution, c'est la pureté de son fruit rouge - on croirait croquer de la mûre et de la framboise; les épices déboulent ensuite, en rangs serrés -  paprika, cumin, sauge; la bouche est onctueuse, les tannins civilisés, avec une petite note de café torréfié - le vin passe 6 mois en fûts de chêne français. La finale nous ramène sur le fruit rouge, l'ensemble conférant à ce vin une belle gourmandise.

En résumé, on devrait entendre reparler du Marselan - au moins en Tunisie.

08:36 Écrit par Hervé Lalau dans France, Languedoc, Tunisie | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |