13 novembre 2010

Lansarine... ou à la découverte de la Tunisie

En transit de Séville à Montpellier, juste le temps d'embrasser la famille, voici un petit commentaire de vin dégusté en marge du CINVE.

Il s'agit du Domaine Lansarine 2007, un vin des Vignerons de Carthage (Tunisie).

Lansarine.JPGDomaine Lansarine

Il porte la mention AOC Coteaux de Tebourba Premier Cru. Ce qui ne me dit absolument rien - la Tunisie reste terra incognita pour moi, mes amis du Maghreb voudront bien m'en excuser.

Heureusement, il n'est pas nécessaire de connaître à fond un vignoble pour en apprécier le vin.

Ce qui m'a frappé, dans celui-ci, c'est le joli contraste entre les épices très marqués du nez et de l'avant bouche (poivre, réglisse, coriandre... genre méridional, type carignan grenache syrah) et la suavité des tannins, qui fait paraître la bouche presque souple. Imaginez la voix rapeuse d'une chanteuse de flamenco surnageant au dessus d'arpèges de luth, et d'un choeur des anges...

Belles notes fruitées en finale, (le "fruit du fruit"  et le fruit d'un joli boisé), beaucoup d'élégance et même de légèreté malgré l'alcool. Un peu de cuir et de fumé, aussi.

Moi, en tous cas, ça me donne envie d'aller voir sur place un jour...

13:34 Écrit par Hervé Lalau dans Tunisie | Tags : vin, vignoble, tunisie, lansarine | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |

23 décembre 2007

Mémoire vineuse

Je reçois de Daoudi Mounir ce joli texte empreint de poésie, et je ne résiste pas à l'envie de vous le faire partager. Qui a dit que le Maghreb n'avait pas la mémoire du vin? 

A la mémoire de...

"Si le Cap Bon m’était conté, j’arrêterais les aiguilles de la montre et m’enfoncerais dans mes plus vieux souvenirs pour me trouver au bord d’un champ de vignes, en short et blouse d’écolier, cartable à la main et mes rêves dans la tête: je me vois galoper dans les champs pour admirer la vigne que mon feu grand père Nicolas Kalkias, d’origine grecque, a plantée avec beaucoup d’amour et de patience, soignée et taillée de ses propres mains.

Passion et métier hérités par mon père Abderrahmen, œnologue tunisien depuis 1950, qui n’a cessé de m’inculquer l’amour de la vigne et ses fruits, il m’amenait avec lui lors de ses déplacements « fonction oblige » à travers les grands domaines et les caves de toute la Tunisie exploités par des viticulteurs de toutes nationalités qui s'y sont succédé et ont ainsi enrichi notre viticulture (toutes nationalités confondues).

Mes grands moments de loisirs, je les ai passé entre les ceps de vignes, ou bien dans les celliers  où je jouais à cache-cache avec les enfants de mon âge, dans les cuves en béton ou entre les rangs des fûts de vieillissement. Pendant que mon père prodédait à des prélèvements, à de l’échantillonnage, à des inventaires, des analyses….


Ces "aventures" ont fait naître en moi une certaine admiration pour ces lieux. C’est pourquoi j’ai voulu mettre en relief et en valeur ce grand patrimoine. Tous les viticulteurs d’aujourd’hui sont fiers et dignes de leur glorieux passé; par leur travail, ils ont su faire de cette terre un véritable jardin enchanteur, notamment au point de vue de la viticulture. Et la Tunisie peut se vanter de compter parmi les pays qui ont donnée les soins les plus éclairés à leurs vignes et à l'oenologie.

Avec une seule idée en tête:  «travailler pour le meilleur devenir de l’humanité - car le raisin est un élément essentiel de la félicité humaine, et ceux qui travaillent pour la vigne méritent bien de l’humanité ».

A travers son travail, avec le Rallye des Caves de Tunisie, Daoudi Mounir veut rendre hommage à ce patrimoine.

Plus d'info: rallyedescaves@yahoo.fr

22:28 Écrit par Hervé Lalau dans Tunisie | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |