03 décembre 2007

La dégustation revue et corrigée

Notre consoeur suisse Myriam Broggi-Praz publie chez Favre un livre  intitulé : "La Dégustation revue et corrigée. Nouveau guide pratique".

Dans un premier temps, elle inventorie les idées reçues à oublier. Cet aspect du livre est bien d'actualité, il tient compte de l'évolution des vinifications ainsi que des conditions nouvelles de conservations des vins. Il n'oublie pas non plus l'incidence des conditions d'habitat sur la température de service des vins.

Puis, elle propose carrément une nouvelle conception de la dégustation, qui met la priorité sur la perception des saveurs, le goût du vin plutôt que son expression olfactive. Une véritable remise en question des méthodes actuelles!

La trosième et dernière partie du livre est consacrée à la compréhension du monde du vin (terroir, vinification, accords gastronomiques). On y trouve aussi un dictionnaire des mots usuels, traduit en anglais, italien et espagnol.

Sommelière de haut niveau, Myriam Broggi affiche un caractère bien trempé (sans doute ses origines valaisannes?). Aussi ne se prive-t-elle pas d'égratigner au passage le fonctionnement des concours.

Avant de lui donner raison oui ou non, lisons ce livre - bien écrit, sans velléités pseudo philosophiques, avec passion et réflexion.

 

La dégustation revue et corrigée

 

 

 

 

Contact: paris@editionsfavre.com

19:04 Écrit par Hervé Lalau dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

12 novembre 2007

"Célébriticoles"

Intéressantes réflexions de notre confrère suisse Alexandre Truffer, à propos de la people-isation du vin:

"On parle depuis longtemps déjà de célébrités du vin. Dom Pérignon, la Veuve Cliquot, Parker, Robert Mondavi, Hubert de Montille. Mais depuis quelques années, le phénomène s'amplifie fortement et gagne la viticulture helvétique.

Marie-Thérèse Chappaz a sans doute été le premier vigneron à devenir une figure médiatique importante. Mais d'autres ont suivi, bénéficiant de l'intérêt des médias qui aimant les figures connues ont tendance à choisir toujours les mêmes interlocuteurs. La personnalisation du vin marque devient une donnée que l'on ne peut plus mettre de côté. Désormais, les meilleurs vignerons ont compris qu'il doivent centrer leur communication autour de leur statut d'artiste.

Le consommateur a également suivi le mouvement. Il déguste et achète non des régions,  ou des villages, mais des marques ou des artistes. L'amateur boit du Pellegrin à Genève, du Cruchon ou du Bovard dans le canton de Vaud et papillonne entre du Denis Mercier, du Mike Favre et du Fabienne Cottagnoud en Valais.

Les oenologues ambitieux qui débutent dans le métier feraient bien de réfléchir aux stratégies à mettre en place pour entrer dans le monde restreint des célébriticoles. Le succès est à ce prix."

Diego_Mathier_GPVS_Article_RomanDuvin_novembre2007

 

Diego Mathier, Meilleur vigneron suisse 2007 (Photo GPVS)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus d'info: www.romanduvin.ch 

06:44 Écrit par Hervé Lalau dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |