30 décembre 2012

Plus suisse que ça, l'appli, tu meurs...

Comme je suis un homme moderne, je télécharge des applications sur iTunes. La dernière en date, c'est celle des fromages suisses, qui propose des accords vins et mets. Son nom: Fromages et Vins, est aussi neutre que la Confédération.

mzl.zlyeogdt.320x480-75.jpg

Petit compte-rendu d'utilisateur.
D'abord, c'est suisse. Donc précis. On trouve là-dedans des fromages dont seuls les Helvètes connaissent l'existence. Le "Bleuchatel", par exemple.

Ensuite, c'est suisse. Donc c'est lent. Entre le clic et la page souhaitée, on a le temps de finir son dé de gruyère ou son déci de fendant, à l'aise.

Enfin, c'est suisse, donc quelque peu nombriliste (je sais, de la part d'un Français, c'est un peu l'hôpital qui se moque de la charité, mais attendez un peu...).

Dans les accords proposés, on trouve la petite arvine, le cornalin, les humagnes, plus souvent qu'à leur tour. Mais jamais d'appellations. Comme si, pour le fromager helvétique, le vin se résumait aux cépages - et le plus souvent, aux cépages bien implantés dans la Confédération. A croire que le pays, depuis Calvin, est devenu la terre promise du vin et fromage.

Bref, une excellente application, un poil helvétocentrique, mais la Suisse n'y peut rien si elle est le phare de la pensée universelle.

La voilà habillée pour l'hiver, mais mes amis suisses savent bien que de ma part, il n'y a pas malice: qui aime bien châtie bien.

00:10 Écrit par Hervé Lalau dans Fromages, Suisse | Tags : suisse, iphone, app, appli, fromages, vins | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

11 décembre 2012

IGP Gruyère contre AOC Gruyère

La décision européenne d'accorder à la France l'IGP Gruyère, "sous réserve que le gruyère français présente des trous" (contrairement à la version originale suisse) me consterne.

Voila donc deux types de fromage pour un même nom! 

Je vois pas l'intérêt - d'autant que le gruyère français existe déjà, en AOP, et sans trou: c'est le Comté (le comité qui encadre sa production s'appelle toujours "Comité Interprofessionnel du Gruyère de Comté").

Et puis, quitte à renégocier des mentions (la fameuse convention de Stresa, qui permet tout et n'importe quoi, a bientôt 100 ans), il aurait mieux valu que l'Europe empêche une bonne fois pour toutes ses membres d'employer le mot Gruyère. Une mention, qui, rappellons-le, est d'abord le nom d'une région suisse autour de la ville de Gruyères.

La Hongrie a bien réussi à empêcher la France et l'italie d'utiliser le nom de Tokay! Lla Grèce a bien réussi à faire céder les autres Européens sur l'emploi du mot Feta!

Alors, pourquoi cet accord mal ficelé, et qui introduira inévitablement la confusion dans l'esprit du consommateur?

Comment voulez-vous que j'adhère à la politique européennes des Appellations, quand il y a tant d'exemples de tartufferies?

 

00:19 Écrit par Hervé Lalau dans France, Fromages, Gastronomie, Jura, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |