15 octobre 2014

Domaine Réveille Cuvée Petit Diable 2012

Avec ce vin, France Crispeels a réalisé la quadrature du cercle: un fruit monstrueux, de la matière, un zeste de rusticité, et pourtant, de la délicatesse. J’ai pensé à l’ancien maire d’Estagel, Antoine Sarda, digne érudit roussillonnais qui discourait sur Voltaire avec des cailloux dans la gorge…

Vignoble_Reveille_etiquettes_20124.png

L’étiquette est assez étrange (tout y est, mais un peu en vrac). Par contre, dans la bouteille, tout est bien en ordre; l’injection de carignan (20%) dans la base de grenache (80%) fonctionne très bien, l’alcool ne domine pas, les tannins sont soyeux, le vin se tient admirablement. Elevage : 9 mois en cuve béton.

Plus d'info: Vignoble Réveille

 

PS : J'ai regoûté le vin le lendemain; c’était encore mieux, tout était bien en place. Servir légèrement rafraîchi.

 

09:17 Écrit par Hervé Lalau dans France, Midi, Roussillon | Tags : roussillon, vignoble réveille, crispeels | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

25 septembre 2014

Clos des Fées vieilles vignes 2011

Je ne connais pas Hervé Bizeul, sauf au travers de quelques billets déposés sur son blog ou sur ceux des autres, généralement bien sentis. Je ne suis pas toujours d'accord, mais qu'importe, c'est bien écrit (étonnant, pour un ancien journaliste!) et ça paraît sincère.

Nous ne nous sommes jamais rencontrés. Mais depuis peu, je connais un de ses vins, son Clos des Fées vieilles vignes 2011, dégusté à Narbonne la semaine dernière. 

Allez savoir pourquoi, j'ai tout de suite pensé à de la syrah (sans doute une réminiscence de mes dégustations de Saint Joseph). Surprise: elle est très minoritaire dans l'assemblage (15%). Les poids lourds, dans ce ménage à quatre, ce sont les deux variétés de grenache, le grenache noir vrai et son cousin le lladoner pelut (50% à eux deux). Complétés par 35% de carignan. 

vins-vieilles_vignes_rouges.jpg

Pour une fois, le terme de vieilles vignes n'est pas usurpé: elles ont plus de 100 ans.

Dans mes notes de dégustation, j'ai écrit "Fruit noir explosif, bien mûr, feuille de laurier, épices douces, puissant et très long".

Deuxième surprise à la lecture de la fiche technique: une partie du vin a été élevée en barriques (12 mois), le reste passant en cuve béton. Je ne l'avais pas perçu. On dira donc qu'il est très bien fondu. Ou que je n'ai pas fait attention.

Quoi qu'il en soit, un vin très réussi, qui possède sans doute un beau potentiel de garde. Si des fées se sont penchées sur la cuve, il y au moins celle de la gourmandise.

07:26 Écrit par Hervé Lalau dans France, Roussillon | Tags : hervé bizeul | Lien permanent | Commentaires (6) | | | |