25 septembre 2014

Clos des Fées vieilles vignes 2011

Je ne connais pas Hervé Bizeul, sauf au travers de quelques billets déposés sur son blog ou sur ceux des autres, généralement bien sentis. Je ne suis pas toujours d'accord, mais qu'importe, c'est bien écrit (étonnant, pour un ancien journaliste!) et ça paraît sincère.

Nous ne nous sommes jamais rencontrés. Mais depuis peu, je connais un de ses vins, son Clos des Fées vieilles vignes 2011, dégusté à Narbonne la semaine dernière. 

Allez savoir pourquoi, j'ai tout de suite pensé à de la syrah (sans doute une réminiscence de mes dégustations de Saint Joseph). Surprise: elle est très minoritaire dans l'assemblage (15%). Les poids lourds, dans ce ménage à quatre, ce sont les deux variétés de grenache, le grenache noir vrai et son cousin le lladoner pelut (50% à eux deux). Complétés par 35% de carignan. 

vins-vieilles_vignes_rouges.jpg

Pour une fois, le terme de vieilles vignes n'est pas usurpé: elles ont plus de 100 ans.

Dans mes notes de dégustation, j'ai écrit "Fruit noir explosif, bien mûr, feuille de laurier, épices douces, puissant et très long".

Deuxième surprise à la lecture de la fiche technique: une partie du vin a été élevée en barriques (12 mois), le reste passant en cuve béton. Je ne l'avais pas perçu. On dira donc qu'il est très bien fondu. Ou que je n'ai pas fait attention.

Quoi qu'il en soit, un vin très réussi, qui possède sans doute un beau potentiel de garde. Si des fées se sont penchées sur la cuve, il y au moins celle de la gourmandise.

07:26 Écrit par Hervé Lalau dans France, Roussillon | Tags : hervé bizeul | Lien permanent | Commentaires (6) | | | |

20 août 2014

Un grand moment de dégustation chez IVV

C'était hier après-midi, chez In Vino Veritas, pour la dégustation "découvertes" - autrement dit, des vins de tous les horizons. Et à l'arrivée, sur 18 vins, nous en avons sélectionnés 17.

Du jamais vu, du jamais bu! Mais c'est que tout ou presque, était bon. Bon et varié, du Sauternes au Chénas en passant par un Maury Sec, un Saumur blanc, deux Montagny, un Côtes du Rhône, un Rasteau, un Bandol...

photo.JPG

De gauche à droite: votre serviteur, Marc Vanhellemont, Daniel Marcil et Johan Degroef (Photo Ph. Stuyck).

Si, comme le montre la photo, le sourire était de rigueur, croyez-moi, ce n'est pas le cas à chaque dégustation.

Le plus dur, ce fut de répartir les bouteilles pour les commentaires!

La suite dans quelques jours...

 

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans Beaujolais, Belgique, Bourgogne, France, Languedoc, Loire, Midi, Roussillon | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |