29 juin 2009

Un vin qui me parle

Un jour, on tombe sur un vin qui vous "parle" tout particulièrement. Un vin avec lequel vous avez une véritable "conversation", comme dit Hugh Johnson.

Oh, bien sûr, il faut se garder d'être trop subjectif. Mais je crois avoir déjà eu l'occasion de vous le dire: la dégustation prétenduement professionnelle ne peut s'abstraire de toute subjectivité.

Bref, je viens de boire un tel vin. J'ai bien dit "boire", pas seulement déguster, et c'est une belle différence. Dans la vie, il y a des choses et des gens qu'on admire ou qu'on respecte; il y en a d'autres avec lesquels on est vraiment en phase.

 

mas amiel

Notre Terre

 

Ce vin, c'est un des Côtes du Roussillon Villages du Mas Amiel, le "Notre Terre 2007".

A lire la fiche technique, ce vin ne part pas de zéro: les coteaux sur schistes du Mas Amiel, on fait difficilement mieux sur Maury. Côté cépages c'est un assemblage bien local (50% grenache,  30% syrah, 20% carignan). Je fais aussi confiance à Olivier Decelle et à son équipe pour la vinif et l'élevage  (ce dernier, assez pointu: 40% du vin va en en bois, 60% en cuve béton).

Mais ça n'explique pas tout; et notamment la séduction du fruit croquant (cassis) et des épices. Ce qui soutient ce vin, c'est sa belle fraîcheur, qui renforce encore son aspect gourmand, le prolonge. Et fait passer l'alcool à l'arrière plan (14,5°, en tout cas officiellement). Les tannins sont suaves, la finale revient sur un petit fruit acidulé qui vous tapisse longtemps la bouche.

"Parce que c'était lui, parce que c'était moi" (Etienne de La Boétie).

06:18 Écrit par Hervé Lalau dans Roussillon | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

01 avril 2009

Le Roussillon viticole rejoint la Catalogne

Ce n'était un mystère pour personne que les Roussillonnais supportaient mal la tutelle languedocienne au sein de Sud de France/South of France.

Ce mercredi, en assemblée plénière, les responsables des trois grandes interprofessions du Roussillon (VDN, AOC Roussillon et AOC Roussillon Villages) ont donc décidé à l'unanimité de changer d'allégeance et de rejoindre l'Incavi (Institut Català de la Vinya i el Vi), qui coordonne les services de contrôle et de promotion viticole de la Généralité de Catalogne.

Une première action commune de promotion Cotliure-Empordà sera lancée dès le mois de juin, à l'attention de la grande distribution catalane.

Des opérations conjointes sont également envisagées dans le domaine du poisson.

 

photo-espagne,photo-drapeau-catalan,photo-drapeau-catalan

15:19 Écrit par Hervé Lalau dans Roussillon | Lien permanent | Commentaires (8) | | | |