27 décembre 2011

IGP Méditerranée... tu parles!

Je n'en finirai donc jamais de relever les incongruités, les fadaises, les carabistouilles des dénominations françaises.

Cette fois, cela ne concerne pas les AOC - laissons les se reposer un peu, le temps d'absorber les anciens VDQS. Non, cette fois, il s'agit des IGP.

climats.jpg

Petit rappel climatologique à l'attention des marketteers trop zélés

Et plus précisément, de l'IGP Méditerranée. Vaste territoire. Rassurez vous, pour l'exercice, on l'a limité à la France - les régions bordant la Grande Bleue mais ne relevant pas de l'administration française que le monde nous envie ne comptent pas.

En fin de compte, c'est peut-être mieux, car rien qu'en France, cet IGP taille déjà XXL.

Il y a d'abord tous les départements de Provence: Vaucluse, Bouches‐du‐Rhône, Var, Hautes‐Alpes, Alpes Maritimes et Alpes de Haute Provence.

Mais il y a aussi cinq départements de la Région Rhône Alpes. Pour la Drôme et l'Ardèche, on veut bien admettre l'influence méditerranéenne. Mais pour l'Isère, le Rhône, et la Loire, alors là, c'est du grand n'importe quoi! Concrètement, un producteur de Beaujolais ou de Côtes Roannaises peut donc produire de l'IGP Méditerranée...

Et vous savez le plus drôle: la Méditerranée, au sens IGP, ne comprend ni le Languedoc-Roussillon (ils préfèrent le Vin de Pays d'Oc) ni la Corse (une île cernée par quelle mer, déjà?).

Pourquoi ce laxisme d'un côté (au Nord) et cet ostracisme de l'autre (à l'Ouest et au Sud-Est)?

C'est une question de "bassins", une question d'interprofessions, une question de clochers. Et moi qui pensais que les IGP devaient faciliter les choses pour les producteurs et pour les consommateurs...

Passe encore que les producteurs fassent des petits arrangements entre amis avec la géographie et le climat - ils voient Midi à leur porte, et la Méditerranée où ça leur plaît.

Mais qu'il n'y ait pas eu un responsable de l'INAO, un fonctionnaire français ou européen pour rappeler à l'ordre et à la logique ce petit monde qui prend ses désirs pour des réalités, ça me dépasse.

Et dire que dans le même temps, on interdit le 100% carignan dans le Roussillon, on tractopelle un premier cru de Gevrey en toute impunité, on discute du sexe des Angevins chez Olivier Cousin...

Tiens, je ferais bien une pétition pour réclamer le retour de la Méditerranée... en Méditerranée, pour que les mots retrouvent leur sens, et pas celui que leur donnent des marketeers à la petite semaine; mais à quoi bon!

Le système est si bien verrouillé que ce n'est pas un petit journaleux de merde, un indigné en caoutchouc, qui va refaire les décrets et les dénominations, même fantaisistes!

 

 

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans Corse, Languedoc, Midi, Provence, Roussillon | Lien permanent | Commentaires (6) | | | |

24 novembre 2011

Smith Haut Lacuisse

Le domaine se trouve à mi-distance entre Rayas et Haut Brion. Ceci, pour vous situer la qualité du terroir.

Il est planté de vieux Carignans. C'est vous dire la qualité de jus.

Il est récolté par mon copain Michel Smith et ses potes.  C'est vous dire comme j'ai salivé! Il m'en a donné une bouteille quand je l'ai vu à Epernay, un peu comme on dit un secret. Il faut dire aussi que ça fait deux ans que je le tannes avec ça. Depuis qu'il m'a parlé de ce projet de passer de la plume au sécateur, pour changer...

Et dans la bouteille? Et bien c'est tout Michel. Un peu rentre-dedans, un peu bougon, mais tout à fait honnête.

Un mélange de sauvagerie et d'élégance. De la vivacité, de la profondeur. Authentique, un peu roublard, mais sans chichis. De la cuisse. Le carignan de chez carignan, quoi!

Bon, ça va, comme ça, Michel? Je dois aussi parler de tes arômes? Réglisse, vieux cuir, fumée...

Et de ta texture? Eumm. Les comparaisons, les allégories, c'est sympa, mais ça vous emmène parfois un peu loin...

Alors disons que ton vin, il a des épaules. Et même des côtes qui dépassent du veston. Mais en finale, il a la rondeur de ton inséparable chapeau.

IMG_0677.jpg

Puch (not Puke)

Au fait, j'oubliais, ça s'appelle le Puch. Comme Puch Ellington. C'est Roussillanais, bien sûr. Et c'est vinifié avec la complicité du domaine des Demoiselles (charmantes, d'ailleurs, si j'en juge par celle que j'ai vu à Lille). Gros filou, va!

A propos, la donzelle m'a dit que c'était le meilleur millésime depuis la création de la cuvée. C'est un 2010. J'ai eu de la chance, d'après elle, le précédent était  moins expressif.

Vous voudriez bien en acheter, maintenant, dîtes, de ce Puch 2010?  Eh bien ça va pas être possible. C'est comme la gnôle du père de Marc Imbert, à Torraccia, c'est juste pour les amis. A la rigueur, pour les gendarmes de passage... Ou les voleurs de poules...

Alors moi aussi, ce petit billet sans queue ni texte, sans rime ni raisin, c'est pour les amis.

Allez salut Michel, et porte-toi bien! Boire ton vin, c'est un peu comme parler avec toi. La distance ne fait rien à l'affaire, quand on est bon, on est bon.

00:00 Écrit par Hervé Lalau dans Roussillon | Tags : smith, roussillon, carignan | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |