24 septembre 2013

Chez Coume Majou, "Maury c'est fini..."

"Et dire que c'était la vigne de son premier mutage"...(très librement adapté d'Hervé Vilard).

Pendant 5 ans, Luc Charlier (Domaine de Coume Majou) a fait du Maury dans un bout de cave qu'il louait sur place.

Et puis ceux qui l'hébergeaient ont préféré ne pas reconduire cet arrangement.

A partir de ce millésime, son Maury Jolo deviendra donc du Rivesaltes Grenat.

image.jpg

Photo La Cave de Christine

Ce qui en dit long sur la fameuse typicité des appellations, dans les PO comme ailleurs.

Ce sont les mêmes raisins, les mêmes sols, le même vigneron qu'avant, oui, mais ça ne sera plus la même AOC. La même origine. Cherchez l'erreur!

Soit on a grugé les consommateurs pendant 5 ans, ce vin n'avait pas la bonne origine, soit c'est maintenant qu'on va les gruger.

J'attends le premier qui ose écrire que son Rivesaltes fait "très Rivesaltes". Ou qu'il a "moins de race qu'un Maury".

Rappelons que Rivesaltes, ce sont 3.435 ha de climats et de sols très divers - de Fitou à Céret en passant par Argelès, Ille-sur-Têt et Saint-Paul de Fenouillet. Des arènes granitiques (dans les Albères, tout à Sud, à 60 km de Maury), des calcaires au pied des Corbières, des molasses argileuses dans les Aspres et des cailloux près des fleuves. Et aussi des schistes et des marnes, comme à Maury. Forcément, puisque l'aire de Rivesaltes englobe l'aire de Maury, beaucoup plus compacte (331 ha).

Mais pourquoi diable Luc ne peut-il continuer à produire son Maury de Maury? Parce que depuis quelques années, pour avoir l'appellation Maury, il faut avoir sa cave dans le finage de Maury. Ca c'est finaud!

Celle de Luc est à Corneilla-la-Rivière, à 22 km de Downtown Maury. Et à une dizaine de la limite du fameux finage. Exit, donc, le Belge!

A qui profite ce clochermerle? L'idée était-elle de contrer le négoce, d'empêcher de vilains mercanti de venir piller les trésors de Maury? Primo, le risque était assez faible, vu la difficulté que les VDN ont à s'écouler, ces derniers temps. Secundo, Luc n'est pas négociant!

Et puis, en quoi cette obligation rend-elle les vins de Maury meilleurs, en quoi est-ce qu'elle garantit mieux leur origine et leur typicité? Je vous répond: en rien. Jusqu'à preuve du contraire, c'est le raisin qui fait le vin, pas l'emplacement de la cuve. Alors comment l'INAO peut-elle entériner ce genre de restrictions - qui ne sont rien d'autre que des entraves à la libre circulation des marchandises.

Pire: cette obligation aboutit donc à faire d'un vrai Maury un Rivesaltes.

C'est pathétique. Ne vaudrait-il pas mieux, pour les têtes pensantes de l'AOC Maury, veiller à une meilleure maîtrise de la qualité de la matière première et des prix pratiqués? 

A l'évidence, certaines promotions constatées dans la grande distribution régionale font craindre, soit que certains opérateurs pratiquent la revente à perte, soit qu'ils s'arrangent avec le cahier de charges, ce qui serait autrement plus ennuyeux que le problème du lieu d'encuvage.

Oui mais, vérifier l'emplacement du chai, c'est beaucoup plus facile.

Et puis ce n'est pas un Belge qui va nous faire la leçon!

Qu'on ne s'y trompe pas, j'adore le Roussillon, ses vins et ses autochtones. Mais pas d'un amour aveugle, tout de même!

20 septembre 2013

Les vendanges de Pierre Gaillard

Voici quelques jours, j'ai eu le plaisir de commenter ici (et surtout, de déguster) un vin de Pierre Gaillard  - son Condrieu.

Aussi, quand j'ai reçu le rapport de vendanges de Michèle Piron Soulat à son sujet, je n'ai pas hésité: publions, publions vite, me suis-je dit, d'autant que ces communiqués, consacrés aux membres du Club Vignobles & Signatures sont très joliment troussés.

 

pierre gaillard,vendanges 2013

C’est en labourant à cheval, à 12 ans, les vignes d’un voisin que Pierre GAILLARD s’est pris de passion pour le vignoble. Les vendangeurs sont conviés sur les pentes de Maleval dans les Côtes du Rhône du nord, au Domaine Madeloc à Banyuls-sur-Mer et au Domaine Cottebrune à Faugères en Languedoc. Dans le sillage de Pierre, toute une famille : Pascale, son épouse, et leurs trois enfants, Élise, Jeanne et Pierre-Antoine. Du Côte Rôtie au Banyuls, les vendangeurs ont le choix de leurs... vacances viticoles !
Quant aux vendanges à la romaine… : nouvelle expérimentation en 2013.
 
Le millésime 2013 ?

Du retard? retour à des vendanges des années 80-90.
 La récolte sur les trois régions de nos différents domaines  s’annonce globalement belle avec un potentiel équilibré. Il faut maintenant que la météo tienne jusqu’au bout. Et c’est là toute la question quel que soit le domaine !
 
C’est au domaine Madeloc (Collioure et Banyuls) que nous avons commencé à couper. Pour l’instant, (enfin) un millésime sans catastrophe climatique ! Hiver froid et pluvieux qui a permis de recharger les nappes phréatiques à sec depuis plusieurs années. Un printemps frais, des pluies régulières (rares dans la région) et donc une croissance constante de la vigne. Un peu de vent et un coup de froid à la floraison, il y a donc quelques secteurs avec de la coulure, mais le Grenache étant assez sensible, cela semble normal. Début d’été chaud, avec des pluies une fois par semaine pour éviter la sécheresse. Depuis juillet, beaucoup d’entrées maritimes et donc des risques de maladies plus accrus, mais le vignoble est fort et résiste bien.
 
Pendant ce temps, les vendanges du domaine Cottebrune (Faugères) se préparent. Cette année tardive nous permet de finir les derniers réglages de notre nouvelle cave à La Liquière dans laquelle nous avons emménagé début mars. Nous avions hâte de commencer les vendanges, le moment tant attendu est arrivé ! Là aussi, pour le moment, malgré quelques secteurs où on constate un petit peu de coulure sur les grenaches, nous sommes contents.
 
Pour la Vallée du Rhône, le domaine le plus tardif devrait voir les vendanges se dérouler sur octobre. Nous étudions toujours les techniques des vins romains et nos expérimentations avec le musée Gallo romain de St Romain en Gal continuent. Cette année nous espérons pouvoir comparer un même vin élevé en dolia et en barrique.
Pour le moment nous portons toute notre attention à la vigne afin de conserver ce potentiel de récolte très prometteur mais soyons prudents ! Si on pouvait continuer sans catastrophe climatique…
 
Plus d'info: http://www.domainespierregaillard.com

00:41 Écrit par Hervé Lalau dans Languedoc, Rhône, Roussillon | Tags : pierre gaillard, vendanges 2013 | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |