20 décembre 2008

Eau d'honneur à Vinsobres

J'ai vécu entre le nord du Vaucluse et le sud de la Drôme pendant les années 80. L'an dernier, j'ai fait une "piqure de rappel" à Vinsobres, grâce à Marc Olivier, le Directeur de l'association Nationale des Elus du Vin. Ceci pour vous expliquer mes attaches toutes particulières avec cette région. C'est donc un réel plaisir pour moi que de publier ici le communiqué que Marc m'a fait parvenir à propos de la dernière assemblée générale des vignerons de Vinsobres:

"Parce qu’ils ne veulent pas que le nom même de leur village soit un jour interdit d’affichage et de promotion car il véhicule le mot « vin », comme le fait craindre la future loi, les vignerons de Vinsobres ont symboliquement barré du mot «eau» son nom sur leur panneau et offert une «eau» d’honneur à leurs invités dont le nouveau président d’Inter Rhône Christian Paly dont c’était une des premières sorties officielles.  Ce fut la conclusion d’une assemblée générale de très belle tenue au cours de laquelle les vignerons et personnalités présentes ont pu se rendre compte des efforts fournis par tous les acteurs de l’appellation pour la tirer toujours plus vers les haut.


Vinsobres Olivier petit

Vinsobres côté vignes (Photo H. Lalau)


C’est ce dont ils avaient pu se rendre compte par la dégustation organisée le matin même lors de la «naissance d’un millésime»,  au cours de laquelle ils avaient dégusté les millésimes 2007 & 2008 des vins produits à Vinsobres. De la production 2008 – 430 hectares revendiqués en Vinsobres avec un rendement  de 34 hl/hectare - gage de très grande qualité pour une production de 14.600 hectolitres à la promotion du cru vers tous les publics en France et à l’étranger, tous les moyens sont mis pour que Vinsobres progresse. Ce fut l’occasion de présenter les actions menées en 2008 dont le nouveau DVD dossier de presse ainsi que futur visuel de l’Appellation.

Christian Paly a félicité les vignerons de Vinsobres de se donner les moyens de leur ambition, a rappelé l’engagement que la réforme de l’agrément ne soit pas plus onéreuse que l’ancienne et a surtout fixé l’horizon de la profession pour le futur dans la Vallée du Rhône. Il s’agit dès 2009 de positionner les appellations en revalorisant les prix et en infléchissant la promotion pour gagner en notoriété et en image, tout en inventant un socle nouveau de produit répondant à l’attente des consommateurs et des marchés. Il faudra, a-t-il conclu, prendre des orientations et apporter des réponses au vignoble."

11:12 Écrit par Hervé Lalau dans Rhône | Tags : vin | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

18 décembre 2008

Ventoux et Luberon en Belgique

Beaux moments de convivialité, de gastronomie et de bons vins hier midi chez Sang Hoon Degeimbre, le magicien de l'Air du Temps, où avaient pris leurs quartiers les vins du Lubéron et du Ventoux. A ma table, outre quelques amis journalistes, avaient pris place trois vignerons.

Le hasard fait parfois bien les choses, car lors de la dégustation qui avait précédé le repas, nous avions beaucoup apprécié leurs quatre vins, dignes ambassadeurs de deux appellations méritantes. Quatre bouteilles qui offrent le meilleur des deux mondes du vin: le plaisir du dégustateur sensuel, épris d'arômes gourmands, et celui du dégustateur intellectuel, en quête de profondeur. Moi qui ai vécu dans le Vaucluse dans les années 80, je peux mesurer le chemin parcouru à l'ombre du Ventoux ou de la montagne de Luberon. D'autres domaines ont certainement encore pas mal de pente à gravir, mais ces trois-là sont en vue du sommet.

 

ventoux2

Le Géant de Provence

 

Il y avait à ma droite Olivier Adnot, du Château La Verrerie (la propriété lubéronaise de la famille Descours, ex-chaussures André), qui proposait deux cuvées à majorité de syrah; dont un Grand Deffand 2004 de toute beauté, concentré mais pas trop, alliant un très beau fruit mûr, des notes de cuir et une étonnante fraîcheur en bouche. La cuvée "normale", elle, était un peu moins tendue, mais tout aussi séduisante. Classique et friand, sont les deux adjectifs qui me sont venus sur le moment.

A ma gauche, c'était Serge Seignon, du Château Les Eydins, un Luberon également, mais  exploité en bio. J'ai épinglé la Cuvée des Consuls, un vin de petits rendements, bien typé (poivre, coriandre, réglisse); une cuvée à dominante de grenache, élevée 12 mois en fût, mais au boisé très bien intégré - et quelle belle longueur en bouche!

Et puis, en face, il y a avait Joël Jacquet, du Domaine du Grand Jacquet (également en bio), qui nous proposait son "Rendez-vous sous le Chêne 2006" un Ventoux racé, dont j'ai là encore apprécié le fruit croquant, assorti de notes de torréfaction, et les tannins soyeux. C'était bon comme là-bas, comme par une belle après-midi de septembre, au ciel pur, au pied du Géant de Provence.

Autour de ces vins, accompagnés de surprennants mais délicieux plats truffés, nous avons devisé hardiment de l'avenir des appellations d'origine (pas toujours la garantie de qualité ni même d'identité qu'on est en droit d'attendre); puis discuté les valeurs comparées du bio, du biodynamique et de la lutte raisonnée (avec, majoritairement, une préférence pour les deux premières). Mais surtout, nous avons tissé des liens comme seul le partage de produits de vrais créateurs, liquides ou solides (merci Sang Hoon!), peut en créer. J'ai peut-être dit quelques conneries, mais c'étaient de belles conneries. Car le lieu, les vins et le moment ne se prêtaient pas à la médiocrité.

 

Vous voulez visitez ces domaines lors de prochaines vacances, ou bien tout simplement faire mieux connaissance avec leurs vins? Voici leurs adresses mél:

Château La Verrerie: olivier.adnot@chateau-la-verrerie.fr

Château Les Eydins: serge.seignon@club-internet.fr

Domaine Grand Jacquet: contact@domaine-grandjacquet.com

 

08:16 Écrit par Hervé Lalau dans Rhône | Tags : vin | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |