21 septembre 2009

Vendanges à Châteauneuf du Pape

Thierry Sabon (Clos du Mont Olivet, Châteauneuf du Pape) nous parle de ses vendanges...

 

Petit bilan des vendanges ... avant la fin!


Cette année le maître du jeu a été le temps. La canicule durant une quinzaine de jours en août a entraîné un stress hydrique sur certaines parcelles, rappellant ainsi 2003, mais le plus souvent augmenté le décalage entre mâturité technologique et phénolique.
"Il faut attendre avant de vendanger, ça fait 15% ou 16% mais c'est pas mûr" entendait on début Septembre.
Renseignements pris, André Brunel des Cailloux, pense que 2009 ressemble à 1989. Pour Laurent Charvin du domaine Charvin, la fermeté des peaux lui fait penser à 2001. Dans les deux cas je suis preneur.
Des risques d'averse me décident à débuter tôt (le 31 août) pour les cépages "fragiles", Roussanne et Grenache Blanc, ainsi qu'une jeune plantation de Grenache dont les grappes touchent le sol.

chateauneuf-du-pape-1

Châteauneuf du Pape

Pas d'averse!

Un second risque orageux me fait continuer sur les deux parcelles ayant souffert de sécheresse et dont les raisins n'ont rien à gagner en restant sur souche plus longtemps, puis les jeunes vignes difficiles d'accès en cas de pluie et dont les raisins se gorgent d'eau rapidement.
La vendange allant vite ( petit rendement, grappes saines et bien visibles), on attaque les vignes de potentiel qualitatif supérieur.

"Il faut attendre, c'est pas mûr!". C'est vrai qu'on est à peine le 10 Septembre.
Là je commence à me dire que j'ai fait unes connerie d'attaquer si tôt.
Les premières cuves rentrées se goûtent pourtant bien, sans être des ténors.
Le 16 le temps se met sur courant alternatif entre pluie et éclaircies mais sans Mistral. Pas très bon pour des raisins ayant des mâturités technologiques avancées.
J'avoue affronter ces intempéries sereinement, 90% de la récolte étant déjà en cave.
Depuis deux jours on passe entre les gouttes. Lorsque les raisins sont secs on ramasse quelques micro-parcelles.
Le travail en cave se poursuit normalement. Avec des extractions en douceur les raisins relarguent petit à petit couleur et sucres. Les degrés montent. Les vins gagnent en volume.
Cette année j'ai sacrifié à la mode Elyséenne. Je suis assisté en cave d'une oenologue Italienne, Laura, fort compétente,ce qui facilite le boulot lorsqu'on vinifie sur trois sites.

Aujourd'hui le ciel est bleu. Pour combien de temps?
Il reste actuellement à vendanger une vieille vigne de Grenache au lieu-dit Palestor, au nord de l'appellation, des Mourvèdres sur Montalivet et Pied-de-Baud, et des Carignans en vin de table soit 80 caisses environ.
Suivant le temps on finit lundi, mardi ...ou beucoup plus tard.

Lorsqu'on me demande "Are you the winemaker?" je réponds souvent " No, the sun is the winemaker, I'm just assisting him". 2009 l'illustre à merveille.

07:01 Écrit par Hervé Lalau dans Rhône | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

08 septembre 2009

Vendanges à Châteauneuf du Pape

Quelques nouvelles nouvelles de Thierry Sabon (Clos du Mont Olivet), en direct de Châteauneuf-du-Pape:

 

70

Clos du Mont Olivet

 

"Ce début de semaine, c'était vendanges en petit comité pour la Roussanne et le Grenache Blanc. Les jus sont jolis et fermentent bien, en pièces d'un vin pour la première, en cuve pour le second.

On est ensuite passé sur un plantier de Grenache Noir de sept ans; puis, avec l'équipe complète, à partir de jeudi, sur des vignes de Grenache Noir et de Syrah d'une vingtaine d'années sur le même lieu-dit (Montalivet) avant d'attaquer les parcelles situées dans les quartiers sud qui souffrent davantage de la sécheresse bien qu'étant plus âgées (le sol y est moins profond et plus drainant).
Après la canicule, un Mistral bienvenu s'est mis à souffler fort, ce qui nous permet de rentrer des raisins plus frais.
Il est trop tôt pour se prononcer sur la qualité de 2009 mais les raisins semblent avoir un très bon potentiel.

Demain, pas de vendange, mais du travail à la cave et des dégustations de baies pour organiser les prochains jours de coupe..."

12:48 Écrit par Hervé Lalau dans Rhône | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |