08 juillet 2010

Le "Crozes de Piscine" de Laurent Combier

Sur la route du Languedoc écrasée de soleil, avec l'ami Marc et Marie Gaudel, nous nous arrêtons chez Laurent Combier, sur le bord de la N7, à Pont de l'Isère.
Laurent est un des ténors de Crozes-Hermitage, un digne héritier de Colombo - "quand je vais dire ça à ma femme!"...

Avec deux copains, voici une demi-douzaine d'années, il s'est aussi installé en Priorat - le domaine s'appelle Trio infernal. Tout un programme. Un nouveau défi. J'ai testé le blanc, un gros calibre qui devrait vite absorber son bois. Car oui, même là-bas, il y a de la place pour l'élégance...

Combier

Laurent Combier, "pisciniste"


Pour en revenir à Crozes, Laurent et sa charmante épouse nous ont reçus au jardin; un bien joli moment, naturel et tranquille, à parler de tout et de rien, de vin et de culture. "Faut-il être cultivé pour faire des vins élégants?", c'était le pensum que Marc nous avait soumis, alors c'est parti dans tous les sens, autour de la piscine. Mais ça ne nous a pas empêchés de faire honneur aux belles sardines grillées, ni au melon, ni aux côtes d'agneau. A ce stade, nous étions murs pour le rouge d'entrée de gamme de Laurent, la Cuvée L. Une syrah de jeunes vignes, millésime 2009. "Un rouge de piscine", nous, dit, modeste, le producteur, qui n'a pas la grosse tête.

Personnellement, je lui trouve un charme fou avec son fruit bien croquant, sa bouche bien mûre et sa pointe d'épice et de réglisse. Ce n'est peut-être pas très long, mais est-ce qu'on demande à un baiser d'être long?

On ne peut pas boire des grands crus tous les jours, ni sortir en smoking tous les soirs, il faut laisser de la place pour les joies et les plaisirs simples de l'existence.
Tiens, je vois bien ce vin sur la carte d'une bonne brasserie, à l'instar d'un bon Saumur Champigny ou d'un Fronton.


Bref, je vous le conseille, avec ou sans piscine. Comme je vous conseille la fréquentation de gens comme Laurent, volontaires, perfectionnistes, francs du collier, animés d'une flamme intérieure, mais pas compliqués pour deux sous. Merci pour ces bons moments, Laurent!

Crozes de Piscine 1

Ne reculant devant aucun sacrifice, l'auteur a testé le Crozes de piscine in situ

Contact: domaine-combier@wanadoo.fr

13:56 Écrit par Hervé Lalau dans Rhône | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

12 juin 2010

Grignan-les-Adhémar (au quart de tour)

L'INOA vient d'accepter le changement de nom des Coteaux du Tricastin en Grignan-les- Adhémar. Tricastin disait souffrir de la notoriété de la centrale nucléaire voisine. Divers incidents à la centrale auraient causé indirectement une chute des ventes des vins du cru.

CentraletricastinTricastin, la centrale (en blanc)

En vrac, quelques remarques:

-Primo, la relation entre les fuites de la centrale et les fuites de clientèle reste à prouver (ce sont les Côtes du Rhône dans leur ensemble qui souffrent, ces derniers temps).

-Secundo, il aurait été plus facile à la centrale de changer de nom - qu'est ce que cela pouvait bien faire à EDF?

-Tertio, quand la centrale s'est installée, en 1974, (soit à peine un an après la mise ne place de l'AOC) les locaux l'avaient plutôt bien accueillie. C'était un gage de modernité, d'emploi, aussi...

-Quarto, Chinon a aussi sa centrale et n'entend pas changer de nom, aux dernières nouvelles.

Enfin, Grignan-les-Adhémar, ce n'est pas vraiment facile à retenir ni à écrire, surtout pour les étrangers.

Vous me direz: "De quoi se mêle-t-il?". Et vous aurez raison. C'est aux producteurs de décider. Mais ce sera aux consommateurs d'acheter, et je crains que ce ne soit pas le changement de nom qui fasse la différence, quoi qu'en disent les reponsables de l'AOC.

 

Centraletricastin

Tricastin, la centrale (en rouge)

 

 

10:42 Écrit par Hervé Lalau dans Rhône | Tags : tricastin, grignan | Lien permanent | Commentaires (4) | | | |