30 août 2011

Les vendanges chez Balma Venitia

Chaque année, c'est pareil. Qui sera le premier à dégainer? A envoyer le premier communiqué de vendange de France?

On s'en fiche un peu, mais ça meuble les pages locales des journaux en période de vacances. Et puis, il faut bien un premier...

Le plus souvent, soleil aidant, il s'agit d'un producteur du Sud. Et plus précisément, d'un producteur de Muscat.

Comme la Cave de Beaume de Venise, par exemple. Alias Balma Venitia.

C'est jeudi dernier que les premiers raisins de muscat ont commencé à̀ rejoindre ses chais.

Mais la récolte (qui comprendra également des cépages rouges et blancs vinifiés en sec) ne fait que commencer.

A ce propos, les 10 et 17 septembre, ainsi que le premier octobre, la cave est ouverte au public pour l'Opération "Vendanges et vinification", puis le le dimanche 18 septembre pour la "Vendange des Chefs" (sur réservation). 

Venez révisez vos classiques en bonne compagnie!

Réservations: +33 4.90.12.41.00

Plus d'info: apuap@aliceadsl.fr (Marc Olivier)

00:00 Écrit par Hervé Lalau dans France, Rhône | Tags : balma venitia, vin, vignoble | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

02 août 2011

Beaucastel et moi, et moi

"Coco, et si tu nous faisais quelque chose sur Beaucastel, pour la rubrique Icones?", m'a dit en substance mon rédac-chef d'IVV, Philippe Stuyck. Voila le genre de propositions qu'on ne refuse pas.

 Ce qui me fait penser que si vous avez quelques expériences vécues avec Beaucastel je serais curieux de les connaître. Je compte sur vous. A quoi ça sert que Ducon se décarcasse si c'est pour que ce soit toujours lui qui dise, et pas vous. On dit que que les blogs sont interactifs... Alors prouvez le moi!

En attendant ce jour, Coco s'est empressé de réclamer deux bouteilles de son nectar à Mathieu Perrin. "Le dernier millésime à la vente, et puis un millésime fait, au choix", que je lui ai demandé.

beaucastel,vin,vignoble,châteauneuf du papeBeaucastel, 2001 et 2008

Lundi dernier, je les ai reçues par la Poste.

Et comme je n'aime pas boire tout seul, et que je sais qu'il ne recule jamais devant l'ascension d'un sommet du  Rhône (face Nord ou face Sud), j'ai apporté mes deux bouteilles chez Marc Vanhellemont, pour qu'on les déguste ensemble.

Au moment de mettre mon nez dans le verre, j'ai eu comme un petit frisson. J'ai toujours un peu peur avec les grands vins, les grands noms. Et si c'était pas très bon? Etsi c'était tout juste correct? Et si je passais à côté?
Il y a des vins desbrouffe,  des réputations surfaites. Il y a aussi un autre problème: à force de boire des vins jeunes et sur le fruit, à boire hier, on finit pas ne plus trop savoir comment goûter les grands vins de garde. C'est d'ailleurs quelque chose qui m'épate sur le net, sur le sites comme la Passion du Vin ou le GJE: les gens qui boivent de vieux millésimes de grandes étiquettes. Je dis chapeau, car c'est un pan de culture du vin que nous, les plumitifs professionnels immergés dans l'actualité du vin, n'avons pas si souvent l'occasion de commenter. Enfin, je parle pour moi.

Mais j'ai eu tort de m'en faire. L'ascension s'est bien passée. Pour le 2008, on a atteint le camp de base en quelques  secondes à peine. Pour le 2001, on a pris un peu plus de temps. Mais c'était pour faire durer le plaisir - un plaisir rare, celui des arômes 2 3/4. Ben oui, entre les arômes secondaires et tertiaires, quoi... Et oui, l'allusion à un certain petit sorcier est délibérée... Car il y a de la magie dans ces vins. Magie de l'assemblage, magie de l'élevage, des justes proportions, du beau et du grand, du vivace et du racé.

Mes notes, vous les aurez dans le prochain IVV - ben oui, faut bien que je vive, vous ne croyez quand même pas que c'est ce blog qui assure mon fastueux train de vie?

En attendant, moi qui suis souvent déçu par les icones, par les institutions du vin, je peux déjà vous dire que là, j'ai apprécié. 

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans France, Rhône | Tags : beaucastel, vin, vignoble, châteauneuf du pape | Lien permanent | Commentaires (11) | | | |