20 septembre 2013

Les vendanges de Pierre Gaillard

Voici quelques jours, j'ai eu le plaisir de commenter ici (et surtout, de déguster) un vin de Pierre Gaillard  - son Condrieu.

Aussi, quand j'ai reçu le rapport de vendanges de Michèle Piron Soulat à son sujet, je n'ai pas hésité: publions, publions vite, me suis-je dit, d'autant que ces communiqués, consacrés aux membres du Club Vignobles & Signatures sont très joliment troussés.

 

pierre gaillard,vendanges 2013

C’est en labourant à cheval, à 12 ans, les vignes d’un voisin que Pierre GAILLARD s’est pris de passion pour le vignoble. Les vendangeurs sont conviés sur les pentes de Maleval dans les Côtes du Rhône du nord, au Domaine Madeloc à Banyuls-sur-Mer et au Domaine Cottebrune à Faugères en Languedoc. Dans le sillage de Pierre, toute une famille : Pascale, son épouse, et leurs trois enfants, Élise, Jeanne et Pierre-Antoine. Du Côte Rôtie au Banyuls, les vendangeurs ont le choix de leurs... vacances viticoles !
Quant aux vendanges à la romaine… : nouvelle expérimentation en 2013.
 
Le millésime 2013 ?

Du retard? retour à des vendanges des années 80-90.
 La récolte sur les trois régions de nos différents domaines  s’annonce globalement belle avec un potentiel équilibré. Il faut maintenant que la météo tienne jusqu’au bout. Et c’est là toute la question quel que soit le domaine !
 
C’est au domaine Madeloc (Collioure et Banyuls) que nous avons commencé à couper. Pour l’instant, (enfin) un millésime sans catastrophe climatique ! Hiver froid et pluvieux qui a permis de recharger les nappes phréatiques à sec depuis plusieurs années. Un printemps frais, des pluies régulières (rares dans la région) et donc une croissance constante de la vigne. Un peu de vent et un coup de froid à la floraison, il y a donc quelques secteurs avec de la coulure, mais le Grenache étant assez sensible, cela semble normal. Début d’été chaud, avec des pluies une fois par semaine pour éviter la sécheresse. Depuis juillet, beaucoup d’entrées maritimes et donc des risques de maladies plus accrus, mais le vignoble est fort et résiste bien.
 
Pendant ce temps, les vendanges du domaine Cottebrune (Faugères) se préparent. Cette année tardive nous permet de finir les derniers réglages de notre nouvelle cave à La Liquière dans laquelle nous avons emménagé début mars. Nous avions hâte de commencer les vendanges, le moment tant attendu est arrivé ! Là aussi, pour le moment, malgré quelques secteurs où on constate un petit peu de coulure sur les grenaches, nous sommes contents.
 
Pour la Vallée du Rhône, le domaine le plus tardif devrait voir les vendanges se dérouler sur octobre. Nous étudions toujours les techniques des vins romains et nos expérimentations avec le musée Gallo romain de St Romain en Gal continuent. Cette année nous espérons pouvoir comparer un même vin élevé en dolia et en barrique.
Pour le moment nous portons toute notre attention à la vigne afin de conserver ce potentiel de récolte très prometteur mais soyons prudents ! Si on pouvait continuer sans catastrophe climatique…
 
Plus d'info: http://www.domainespierregaillard.com

00:41 Écrit par Hervé Lalau dans Languedoc, Rhône, Roussillon | Tags : pierre gaillard, vendanges 2013 | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

17 septembre 2013

Quelques chiffres sur les Foires aux Vins en Belgique... et quelques exemples chez Delhaize

Selon le panelliste GfK, chaque ménage belge dépense en moyenne 250 euros par an pour l'achat de vin (auxquels il faut sans doute rajouter environ 10% d'achats en direct à l'étranger, principalement en France).

Difficile d'estimer ce que les Foires aux vins représentent dans ce chiffre tant les grandes enseignes pratiquent, soit l'intox, soit le flou. Une estimation raisonnable: entre 10% et 15% des ventes totales de l'année en volume, et 20% en valeurs. Car les Foires sont l'occasion pour les Belges d'acheter des bouteilles un peu plus chères, notamment des Bordeaux - une région qui, pour l'oenophile du Royaume, reste une institution. Un peu comme les tomates-crevettes, les Diables Rouges, le Coucou de Malines, les fraises de Wépion... et les querelles linguistiques.

Curieusement, Francophones et Néerlandophones semblent s'accorder pour mettre du Bordeaux dans leurs caves - même si, pouvoir d'achat oblige, c'est en Flandre et à Bruxelles que les bouteilles les plus chères partent le plus vite.

Le Mois du Vin chez Delhaize

Voici quelques exemples de prix tirés de l'opération "Le Mois du Vin", chez Delhaize.

C'est une foire sans en être une, car fidèle à sa réputation de "Sommelier de la GD belge", Delhaize préfère pousser son fond de rayon permanent (avec des décotes allant jusqu'à 30%), plutôt que de faire des coups sur des vins hors assortiment. Une minorité de vins sont exclusifs à cette opération, et encore pourra-t-on les retrouver, pour la plupart, sur le site spécialisé de l'enseigne, Delhaize Wineworld.

Cette sélection reflète donc assez fidèlement le travail (soigné) des acheteurs de l'enseigne à longueur d'année, plutôt que l'art des achats en parallèle. 

Commençons avec les Bordeaux: le Saint Julien Château Saint Pierre 2010 est à 65,88 euros, le Pomerol Château Gazin 2010 à 63,20 euros, le Margaux Château Rauzan-Gassies 2010 à 46,67 euros et le Saint Emilion Château La Couspaude 2010 à 40,76 euros. Mais ce sont un peu les arbres qui cachent la forêt: l'essentiel des prix des Bordeaux proposés par l'enseigne au lion se situent en dessous de 6 euros.

Delhaize.jpeg

Du côté des autres régions aussi, la tendance est plutôt aux petits prix: mise à part un Nuits-Saint-Georges de Louis Latour à 34,60 euros, le choix de vins de Bourgogne (assez orienté vers les vins du Mâconnais ou de la Côte Chalonnaise), fait la part belle aux vins de moins de 10 euros. Idem en Loire et en Rhône (avec une sélection assez ramassée, il est vrai, respectivement 9 et 11 vins).

Même chose du côté des vins italiens: sur les 16 vins proposés, seul un dépasse les 8 euros: le Montefalco Rosso 2009 d'Arnaldo Caprai (dont on s'étonnera un peu de le retrouver en Grande Distribution, mais c'est une autre histoire).

L'offre espagnole est nettement plus fournie (37 vins), parmi lesquels ont trouve la bouteille la moins chère du tarif: un vin sans indication géographique de provenance, à 1,91 euro. Enlevez les taxes, la bouteille et le transport, il ne reste pas grand chose pour le vin!

Notons quand même que c'est aussi d'Espagne que viennent le Contino Vino Del Oliva 2003 (48,37 euros) et le Gran Claustro 2005 (39,20). Et côté rapport qualité prix, le Somontano Garnacha-Syrah 2011 de Viñas del Vero, tout en gourmandise.

Autres pays représentés: le Portugal (14 vins, parmi lesquels le fringant Douro Altano Quinta do Altade 2010 à 10,16 euros), le Chili (9 vins), l'Afrique du Sud (7 vins, dont le joli Jordan Bradgate 2011), l'Argentine (7 vins), l'Autriche (4 vins), l'Australie (4 vins), l'Allemagne (3 vins), le Luxembourg (3 vins), les Etats-Unis (2 vins) et la Nouvelle-Zélande (2 vins, dont le superbe Pinot Noir 2010 de Southbank Estate, à faire damner bien des Bourguignons). Sans oublier un vin belge, le Ry d'Argent 2010, assemblant deux nouveaux cépages allemands, le Cabernet Jura et le Régent (pas d'avis, jamais dégusté).

Au total, Delhaize propose quelque 230 vins en promotion (dont 13 effervescents) du 12 septembre au 9 octobre 2013. La sélection des vins bio (20 produits) a fait l'objet d'un chapitre à part dans le catalogue édité pour l'occasion.