04 juillet 2013

Festival d'Avignon... avec les Côtes du Rhône

Le service de presse d'Inter-Rhône me fait passer ce communiqué sur les différentes activités vineuse sprévues à l'occasion du Festival d'Avignon... Festivaliers et dégustrateurs, cei est pour vous...

Demandez le programme des Côtes du Rhône !

Les vins des Côtes du Rhône, comme le théâtre, portent en eux un monde de culture, d’ouverture, d’art de vivre et de plaisir. Pendant toute la durée du festival, Avignon, capitale des Côtes du Rhône, revêt son décor de capitale de la culture.

Si les vins des Côtes du Rhône sont partenaires officiels du Festival et ce depuis plus de trente ans, ils ont également développé une complicité avec le Syndicat National des Entrepreneurs de Spectacles, ainsi que le Centre National de Recherche Scientifique.

festival2013.JPG

La fête aux vins des Côte du Rhône

Comme le souligne Christian Paly, Président d’Inter Rhône: «A l’initiative d’actions alliant le vin à l’art et la culture, Inter Rhône et ses professionnels prouvent leur parfaite intégration dans la vie de la Cité».

Forts de ces différents partenariats, les vins des Côtes du Rhône développent également leur propre programme. Ainsi, cette année encore le vignoble des Côtes du Rhône et des Côtes du Rhône Villages, se mobilisent pour faire découvrir la diversité de leurs vins dans le cadre du traditionnel Bar éphémère de la Maison des Vins.

Pendant toute la durée du Festival, la Maison des Vins est aussi un lieu d’exposition à découvrir absolument. Au programme cette année, l’exposition de photographie culinaire «Coup de Frais sur les Légumes Anciens» et un «Clin d’œil à l’Univers de la Mode».

Le Bar éphémère des Côtes du Rhône sera ouvert tous les jours du 5 au 26 Juillet (sauf le 14 & soirées privées) de 19h à 23h. Accès à la dégustation : 5€ (Verre + Ethylotest).
Pour son édition 2013, le Bar éphémère a fait appel à un collectif d’artistes «THTF collective» pour habiller le comptoir et les éléments de décors du bar à Vins. La cour de la Maison des vins fait place aux arts de la rue avec, au programme, collages et graffitis.

Plus de 150 références de Côtes du Rhône provenant de 60 metteurs en marchés différents seront présentées au cours du Festival. L’an dernier, le Bar à Vins a accueilli plus de 5.000 visiteurs.

  • L’exposition «Coup de Frais sur les Légumes Anciens» sera ouverte tous les jours du 13 juin au 26 Juillet (sauf le 14) de 11h à 18h. Accès Libre.
    Réalisé grâce au talent des apprentis de l’Ecole Hôtelière d’Avignon et sur la thématique des légumes oubliés, cette exposition devrait surprendre les festivaliers. L’exposition comprend une vingtaine de clichés couleur magnifiant les produits fruits d’une approche créative personnelle. L’exposition sera complétée par une quinzaine de clichés noir et blanc présentant les apprentis au travail. Ce projet a été réalisé sous l’égide de Pauline Daniel.

  • Un «Clin d’œil à l’Univers de la Mode» en référence au dernier défilé de mode de Canton.

    Après avoir organisé un concours de graphisme en 2012, Inter Rhône a proposé à de jeunes artistes chinois de réaliser un défilé de mode à partir d’une collection de «robes du vin». Ainsi, dans le cadre de ses activités en Chine, Inter-Rhône a cherché à capter le regard d’étudiants de Canton. Ceux-ci ont été invités à mettre en lumière ce que leur évoquent la Vallée du Rhône et ses vins, en intégrant l’expression du bonheur et la couleur rouge, codes de la campagne publicitaire des Côtes du Rhône.

    Synonymes de bonheur, les vins de la Vallée du Rhône souhaitent se détacher du vocabulaire technique pour laisser libre cours au langage artistique.

    Tout un programme et une démarche qui illustrent l’attachement d’Inter Rhône au patrimoine culturel et artistique. Une occasion pour les festivaliers de lier le vin à l’art et à la culture.

    Plus d'info: www.vins-rhone.com

00:00 Écrit par Hervé Lalau dans France, Rhône | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

30 juin 2013

Brahms et Thierry Sabon

Et si on mélangeait vin et musique?

J'ai redécouvert le Premier Concerto pour Piano de Brahms à la faveur du dernier Concours Reine Elisabeth.

Et à la suite du premier concerto, j'ai réécouté le second, et puis les quatre symphonies de Brahms, dont j'avais acheté les CD dans les années 90. Editions Naxos. Pas cher, mais les versions sont bonnes - ce sont surtout des orchestres d'Europe de l'Est. Pas sûr qu'on les payait très bien. Mais c'est un autre problème. Si vous n'avez pas vu le film Le Concert, je vous le conseille.

Mais revenons à ce cher Brahms.

436px-johannes_brahms_18534.jpg

Wonder-Brahms (sans barbe)

C'est drôle comme avec l'âge, certaines musiques vous parlent plus, comme elles rentrent plus en résonnance  (j'ai failli écrire "raisonnance") avec vous.

J'ai eu ma période Bach, ma période Mozart, ma période Beethoven, ma période Mahler, puis ma période russe - Rachmaninoff et Prokofiev, surtout.

J'avais un peu zappé le vieux barbu - pardon, Johannes. Un peu trop riche, un peu trop long, un peu trop classique - enfin c'était l'idée que j'en avais gardé.

Comme j'avais tort! Ou plutôt, comme tout ce "trop" a trouvé aujourd'hui sa place entre mes oreilles.

On ne meuble pas son premier appart comme la maison que l'on achète à 40 ou 50 ans. Les goûts changent, et puis, on n'aurait pas eu la place pour mettre tous les meubles.

Le premier concerto de Brahms est peut-être très classique dans sa facture, mais pour moi, il fait justement la jointure entre le romantisme (avec des réminiscences de Beethoven) et d'autres formes à venir - notamment certains passages des concertos pour piano ou de la deuxième symphonie de Rachmaninoff.

Quelques mesures ne sont pas sans évoquer Debussy, Ravel... d'autres, Wagner. Voila qui est pour le moins étrange, quand on sait à quel point la critique a pu opposer Wagner, le novateur, et Brahms, le conservateur. Et dire qu'en plus, il s'agit là d'une oeuvre de jeunesse.

Si je vous en parle ici, c'est parce que pour le vin, c'est un peu pareil.

Il y a des types de vins que je ne pouvais pas sentir il y a 20 ans et qui aujourd'hui, me plaisent, ou en tout cas, m'intéressent.

Les vins de type oxydatif, par exemple - qui présentent une autre richesse que celle des aromes primaires, de l'alcool ou du sucre. Une autre orchestration.

Ou alors, les vins du Sud un tantinet évolués: je dis un tantinet, parce qu'à 5 ans, un Gigondas, un Châteauneuf du Pape, un Chianti, un Priorat ou un Cahors sont encore jeunes.

Mais comme pour un pianiste, le vin a fait ses gammes, deux ou trois lectures à vue, il connaît la partition, les doigtés, la sonorité de l'instrument, alors l'oeuvre se révèle dans toute sa richesse.

Prenez la Cuvée du Papet 2009 de mon copain Thierry Sabon (Clos du Mont Olivet). On dirait le 2ème mouvement du 2ème concerto pour piano de Brahms. La puissance  est là, et bien là; mais contrebalancée par la finesse, Les sensations virevoltent, on oscille sans cesse de l'impétueux au subtile, du romantisme au mystère, du ronflant à l'épuré. On a envie de bouger et de rêver. Bravo Johannes, bravo Thierry!

Je pense à un nocturne de Chopin ou de Fauré qui se téléscoperait avec une belle grosse symphonie de Beethoven, voire de Mahler. Excusez l'allégorie boîteuse, je n'ai pas mieux en magasin.

chateauneuf-du-pape-la-cuvee-du-papet--clos-du-mont-olivet-2009-rhone-3000059.jpg

 

Et puis vous avez des oreilles, un nez, une langue; n'avez donc qu'à écouter vous même, un verre à la main!

 

00:16 Écrit par Hervé Lalau dans Allemagne, Rhône, Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (6) | | | |