23 janvier 2016

La Princesse est sensible - thermosensible!

L'idée est amusante: une étiquette thermosensible où apparaissent des mentions quand la bonne température est atteinte - en l'occurrence, pour un rosé, moins de 12°C. 

Pratique, non?

Pièce jointe.jpeg

 

Pièce jointe.jpeg

 

Au delà du gadget, c'est surtout un joli rosé, friand mais aussi bien vif, comme je les aime. Désaltérant, mais pas vulgaire. La Princesse (c'est son nom) n'a pas (trop) cédé à la mode du thiol, ni à la mode du pâle, cela reste du vin, pas de l'aromatisé; ni de l'eau colorée. Un IGP Vaucluse.

Bref, j'aime!

Un petit souhait, quand même, pour aller tout à fait dans le sens du pratique: s'il vous plaît, mesdames et messieurs du Cellier des Princes, passez à la capsule à vis; c'est plus facile à déboucher, à reboucher s'il l'on a pas fini la bouteille, et puisque l'habillage fait jeune, autant entrer carrément dans la modernité.

Et qu'on ne me dise pas que le consommateur n'en veut pas. Tous, à la maison, pros et non pros, nous l'avons adoptée, la capsule...

Merci d'avance!

 

00:43 Écrit par Hervé Lalau dans Rhône | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

08 janvier 2016

Saint Joseph, en blanc

Les blancs représentent seulement 12 % de la production de l’appellation Saint-Joseph.

Marsanne et Roussanne réussissent pourtant aussi bien que la Syrah sur ces sols granitiques.

J'en veux pour preuve ce 2013 du Domaine Durand, à Châteaubourg, tout au Sud de l'aire d'appellation. 

Eric et Joël, les deux frères qui exploitent ce domaine, n'ont qu'un petit hectare de blanc sur Saint Joseph, mais ils ont ont tiré le meilleur des deux mondes: l'accessibilité et la complexité. Au nez, il allie le fruité mûr (poire, pêche) et la fraîcheur florale (acacia, tilleul); en bouche, il est assez gras, volumineux, on tomberait presque dans le confort et le mièvre s'il n'y avait un bel amer, un peu de salinité et quelques fruits secs, plus une petite pointe d'acidité, juste ce qu'il faut pour maintenir l'attention - ou serait-ce la tension?

Bref, un vif complet, qu'on verrait bien sur une poularde - au Saint Joseph blanc? - ou sur un fromage - non, pas blanc, mais à pâte pressée, type gruyère, salers, ou cantal entre deux... 

IMG_8452.jpg

00:24 Écrit par Hervé Lalau dans France, Fromages, Rhône | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |