20 mars 2012

Brad & Angelina, winegrowers

Voici un domaine dont on parle au moins aussi souvent dans les chroniques people, que dans les Chroniques Vineuses: le Château de Miraval, à Correns, en Côtes de Provence et Coteaux Varois. Ses propriétaires ne sont autres que Brad et Angelina (alias Mr Pitt et Mme Jolie).
Mais le vin est bon - mon copain Marc me l'assure. Même si on se doute bien que ce ne sont pas les deux vedettes qui vinifient).
En tout cas, il se vend bien: 10.000 euros le tonneau aux enchères. Et c'est du blanc, en plus! Mais la barrique était signée du nom de Brad Pitt, avec ce gentil commentaire, bien qu'un peu décalé: "Pour village durable..."

Le château (classé monument historique) n'en est pas à ses premières stars: The Cure, AC DC, Sade y ont enregistré... de même que le Floyd, période The Wall. D'ailleurs, Miraval leur a dédié une cuvée... de rosé, bien sûr.

00:22 Écrit par Hervé Lalau dans France, Provence | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

12 mars 2012

IGP Sables de (Grosse) Camargue

Vous connaissez l'IGP Sables de Camargue? Moi non plus, et pour cause: "ça vient de sortir". Ce nouveau nom remplace la mention "Vins de Pays des Sables du Golfe du Lion", née en 1982.

Le gain pour le consommateur? Aucun, à ce qu'il semble, puisque le cahier des charges reste le même; la zone de production aussi, sauf erreur de ma part.

A savoir, dans le Département des Bouches-du-Rhône: Les Saintes-Marie-de-la-Mer; dans le Département du Gard: Aigues-Mortes, Le Grau-du-Roi, Saint-Laurent-d’Aigouze, Vauvert; dans le Département de l’Hérault, enfin: Frontignan, Marseillan, Mauguio, Palavas-les-Flots, Sète, Vic-la Gardiole, Villeneuve-lès-Maguelonne.

800px-Rochelongue_048_Sète.JPG

Séte... en "Grosse Camargue". (Photo Demeester)

Je ne sais pas pour vous, mais je trouve que la Camargue vient drôlement de s'étendre, tout d'un coup.

D'autant qu'on doit ajouter à cette zone  de production des raisins une zone plus large où la vinification est autorisée; et puis une zone dite "de proximité" encore plus large, où elle est autorisée "par dérogation" (celle là s'étend jusqu'à Béziers, histoire de n'exclure aucun gros élaborateur, je suppose).

C'est bien de vouloir améliorer la notoriété du vin en s'appuyant sur un nom connu, et j'espère que ça profitera aux producteurs. Mais si c'est au mépris de la géographie, alors c'est se moquer du monde. Ce qui passait encore quand on parlait du Golfe du Lion devient ridicule quand on parle de Camargue, même au sens large. Si Sète et Marseillan sont en Camargue, alors pourquoi pas Marseille ou Cassis?

Plus généralement, je trouve dommage, quand même, que tant de modifications de cahiers des charges ne soient que cosmétiques; et surtout, qu'elles soient l'objet de si peu de contrôles.

EN IGP comme en AOC, ces mises à jour auraient pu être l'occasion de renforcer les contraintes qualitatives. Et puis, a minima, l'INAO et la Commission Européenne pourraient quand même exercer un vrai droit de regard, pour éviter qu'on tombe dans le ridicule.

Enfin, c'est mon avis.

 

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans France, Languedoc, Midi, Provence | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |