21 août 2013

Domaine Lefèvre Cuvée Pomponette 2012 (Coteaux d'Aix en Provence)

Les fleurs de cette pomponette là ne fleuriront pas une tombe à la Toussaint! Mais notre palais.
La robe assez légère, saumonée, ne laisse pas présager la densité, la puissance de ce rosé. Le nez est fleuri,, bien évidemment. Mais certainement pas fané! La bouche évoque plus le zeste d'orange, avec une finale épicée.

IMG_2790.jpg

Photo H. Lalau (c)

Un vin bio de caractère, qui nous vient des confins Sud-Ouest des Côteaux d'Aix, de Miramas, tout près de l'Etang de Berre. Aix est bien loin, les coteaux sont plutôt plats, mais le vin est bon, et c'est ce qui compte.

A noter la présence dans cette cuvée d'une bonne proportion de Rolle - et oui, on peut mélanger des cépages blancs et rouges en Provence, à condition que ce soit avant la vinification.

Quelle différence avec l'assemblage de vins faits? Autant discuter du sexe des anges. Les Allemands viennent d'en créer un troisième, ça pourra peut-être servir aux anges...

Quoi qu'il en soit, un nom à retenir.

Contact: +33 4 90 58 02 02

10:31 Écrit par Hervé Lalau dans France, Provence | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

14 août 2013

L'Aix-cellent rosé du Domaine Saint Hilaire

Saint Hilaire donne son nom à plus d'un vin en France: il a notamment son château en Médoc, son abbaye dans les Coteaux Varois... et son domaine en Coteaux d'Aix.

C'est ce dernier, propriété de la famille Lapierre depuis plus de 2 siècles, qui nous intéresse aujourd'hui.

Enfin, je m'avance peut-être. Il m'intéresse moi.

Notamment parce que je suis dans la région, parce qu'il est midi, parce qu'il fait chaud. Je suis donc le client captif par excellence. Sauf que j'aurais pu me contenter d'un rosé pamplemousse en promo chez Leclerc. Mais ça, c'est contre mes principes.

Cette bouteille-là, je l'ai achetée... chez le boucher. Ben oui, il y a encore des bouchers de campagne, en France. Et certains proposent des vins de leur région. Je soutiens l'effort.
 
Versons donc le vin, dont la belle robe saumonée aux reflets de framboise habille si joliment le verre. Humons le.
Tiens, aucun pamplemousse. Pas de bonbon anglais non plus, c'est du fruit naturel, ma bonne dame, de la framboise, de la groseille, de la grenade et même une pointe de melon (on est en Provence, tout de même).

La bouche est plus vive que le nez riche ne le laissait présager. Vive, mais assez ample.

En finale, de l'abricot et des fruits secs le disputent à l'amer et au salin - une note toujours bienvenue pour relancer les papilles. Je le vois bien sur un loup en croûte de sel, tiens.

 

IMG_2717.jpg

00:08 Écrit par Hervé Lalau dans France, Provence | Tags : rosé, vin, provence, aix | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |