27 mai 2014

Moulin de la Roque Grande Réserve Rosé 2013

Si la Provence est réputée pour ses rosés, Bandol, lui, brille d'abord par ses rouges;

Mais ne dédaigne pas la couleur tendre. En voici un exemplaire, signé du Moulin de la Roque, un groupement de producteurs dont j'ai déjà eu l'occasion d'apprécier les cuvées parcellaires de rouge, qui mettent si bien en avant le terroir complexe de l'appellation). 

Si je devais résumer en un mot la robe de ce rosé, je dirais: saumonée; pour le nez, j'écrirais: tropical (mangue) et pour la bouche: épicée.

Le plaisir est une chose simple, n'est-ce pas, alors pas besoin de longs discours.

Tout de même, ce rosé est assez long, et même complexe en bouche, alors rajoutons quelques mots en vrac: mourvèdre, grenache, cinsault; sec, vif, tendre, eau de rose, thym, fénugrec, garrigue.

De tous ces mots, faites bon usage, et buvez un bon coup là dessus!

 

photo.JPG

 

Plus d'info: Moulin de la Roque

00:03 Écrit par Hervé Lalau dans France, Provence | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

20 mars 2014

Capsule à Vis: ce que dit l'Institut Français de la Vigne & du Vin à propos du rosé

Petit extrait de la  Fiche Pratique "Bouchage à Vis" de l'IFV (merci à Luc Charlier pour la référence):

"A l'IFV Sud-ouest, nous avons choisi depuis 2005 de boucher nos vins d'essai à l'aide de capsules à vis. Depuis 2008, nous avons lancé un essai sur vins rosés de Négrette dont l’objectif est de caractériser les performances des principaux obturateurs (bouchon naturel, 1+1, technique, synthétique, capsule à vis) présents sur le marché dans des conditions proches de celles du vin lors de son parcours logistique. La capacité de ces obturateurs à conserver les arômes variétaux des cépages a fait l'objet d'un article dans la Grappe d'Autan n°85 de juin 2011. Les essais menés ont confirmé la suprématie de la capsule à vis pour préserver les arômes fermentaires et variétaux des vins rosés".

capsule à vis,vin,provence,rosé

Et oui, même Mateus s'y est mis...

Alors, pourquoi laisser la capsule aux rosés-pamplemousse et autres aromatisés quand elle convient si bien aux vrais vins de fruit (et plus si affinités)?

Qu'on m'explique comment le consommateur français - qu'on dit si conservateur - a adopté la capsule pour le pineau, le muscat, le porto... et les boissons aromatisées à base de vin (sans qu'on lui demande son avis) et pourquoi il en aurait peur pour le vrai rosé?

Les Provençaux vendent de l'huile d'olive en spray et ne seraient pas capables de vendre du rosé sous capsule? A d'autres!

Plus d'info ICI

16:24 Écrit par Hervé Lalau dans France, Provence | Tags : capsule à vis, vin, provence, rosé | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |